Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RADIO ÉCLATS DU SOLEIL:

Publié le par MrStrange49

Hier, les haut-parleurs de radios à ondes courtes ont éclaté avec force. La source de bruit est le soleil. «J'ai été étonner des éclats solaires sur mon récepteur RadioJove à 20,1 MHz", rapporte Kevin Palivec de Hawley, Texas. Cet enregistrement graphique affiche 10 minutes d'activité au 1er Août:

Les rafales ont été déclenchées par une explosion M2-class dans la canopée magnétique de taches solaires AR2127. L'explosion a envoyé des ondes de choc ondulant à travers l'atmosphère du soleil. Ces ondes de choc, à son tour, excités à cause des instabilités du plasma qui émettent des ondes radio statique-y. Becase il existe toute une variété d'instabilités du plasma, il existe une variété de types correspondant de salves radio. Palivec enregistré un mélange de deux: de type II et IV.

Plus de sursauts radio solaires pourraient être à l'horizon comme les taches solaires AR2127 et AR2130 à proximité des taches solaires à la fois avec les craquements de classe M éruptions solaires. Visitez le site Web radio burst types de la NASA pour savoir comment construire votre propre récepteur - et écouter.

http://spaceweather.com/

Publié dans Espace

Partager cet article
Repost0

TREMBLEMENT DE TERRE Micronesia 6.9

Publié le par MrStrange49

TREMBLEMENT DE TERRE Micronesia 6.9
M6.9 - Federated States of Micronesia region 2014-08-03 00:22:03 UTC
M6.1 - Federated States of Micronesia region 2014-08-03 00:26:42 UTC

 

  

Publié dans Catastrophe

Partager cet article
Repost0

Comment acheter une voiture en étant sans argent ou fiché : interdit bancaire FICP, dossier de surendettement, chômage, RSA… toutes les astuces !

Publié le par MrStrange49

Comment acheter une voiture quand on n’a pas d’argent ? Avoir son propre véhicule coûte cher, que ce soit au moment de l’acquisition, ou pour son entretien. La plupart des gens passent par un crédit, mais comment faire un prêt auto sans CDI ? Selon la ville où l’on habite, il peut se révéler primordial de posséder sa propre voiture, mais tant de gens sont exclus du crédit classique : les chômeurs, les interdits bancaires, les intérimaires… La liste des personnes en difficultés financières est longue, et ne fait que s’allonger, hélas. A suivre, nos pistes et nos astuces pour les gens en difficultés.

 

Obtenir un crédit auto en étant interdit bancaire


Commençons par le cas le plus compliqué : celui d’une personne fichée Banque de France, et qui va rencontrer de gros obstacles avant de pouvoir décrocher un crédit. Si acheter une voiture quand on est fiché Banque de France suite à un surendettement est presque impossible (sauf un véhicule d’occasion à un copain), comment acheter un véhicule en étant FICP (fiché Banque de France) ?

Etre BDF n’interdit pas de faire un prêt, tout dépend du fichier sur lequel on est inscrit. Pour les fichiers de surendettement et FCC, mieux vaut passer son tour. Pour celui qui a connu un incident de remboursement de crédit qui a entraîné le FICP, rien n’est perdu. C’est à la libre appréciation de l’organisme créditeur qui aura connaissance du fichage, mais pourra tout de même prêter de l’argent s’il le désire.

 

Acheter son véhicule grâce à la CAF


 

Nous recommandons de commencer par contacter sa Caisse d’Allocation Familiale afin de rechercher un prêt sans intérêt. L’organisme d’aide aux familles à quelques dispositifs de crédits pouvant dépanner quelqu’un au RSA, ou pourquoi pas un fiché FICP. Bien sûr, même sans argent, il ne faut pas se pointer au guichet et demander de l’aide pour acheter une voiture. Mais plus subtilement, évoquer un prêt préventif ou un prêt d’honneur, sachant que les modalités d’attributions sont différentes pour ces deux aides. En fonction de sa situation personnelle, commencer par demander l’aide financière la plus facile à obtenir, les deux étant cumulables dans le meilleur des cas.

Pour prévenir une situation encore plus compliquée : le prêt préventif CAF

On peut être au chômage depuis longtemps, et avoir enfin trouvé un nouveau travail. Problème, il faut être véhiculé pour s’y rendre. Afin de ne pas pousser les plus pauvres vers encore plus de précarité, la Caisse d’Allocation Familiale peut octroyer un prêt préventif permettant de prendre les devants. Comme souvent, pour s’en sortir, on a souvent besoin d’aide, et la CAF peut être cette main tendue.

Si à l’origine, le prêt préventif permet avant tout de payer ses factures, et notamment celles en retard, du type EDF et Téléphone, il a été étendu à d’autres besoins que peuvent rencontrer les demandeurs d’emploi au RSA ou toute autre personne en situation de grande précarité. Le montant de l’aide ne pouvant pas dépasser 1250 euros, il ne faut pas compter sur le prêt préventif de la CAF pour s’acheter une voiture neuve, mais on peut au moins faire réparer son véhicule, où investir dans un moyen de transport d’occasion. Il faudra par contre pouvoir fournir à la demande les devis et les factures, ainsi que justifier de ses rentrées d’argent, au moment de la constitution du dossier CAF lors du téléchargement du formulaire.

 

Le prêt d’honneur peut aussi être une aide aux déplacements

Parmi les crédits à taux 0 qu’il est possible d’obtenir à la CAF, avec un bon dossier, on trouve le prêt d’honneur, en bonne place puisqu’il n’y aura pas d’intérêts à payer, à la différence d’un prêt classique souscrit auprès d’une banque. S’il est nécessaire de justifier à quoi va servir ce crédit d’honneur, son utilisation peut parfaitement être pour le besoin d’une voiture, surtout si on a un projet professionnel en tête. Pour les autres, comme celui qui recherche du travail par exemple, on peur arguer du fait qu’on véhicule soit nécessaire pour une bonne réinsertion.

A la différence du prêt préventif, le prêt d’honneur est possible à obtenir via l’aide d’une assistante sociale, qui va monter le dossier avant de le transmettre à la commission de la CAF chargée d’octroyer les aides financières, même si ici il s’agit d’un prêt. La somme moyenne octroyée tournant autour de 1000 euros selon les départements, mieux vaut ne pas avoir les yeux plus grand que le ventre au moment de choisir sa nouvelle voiture.

 

Obtenir un véhicule avec l’aide de Pôle Emploi

Aider les chômeurs à retrouver du travail, c’est aussi leur permettre de se déplacer dans de bonnes conditions, surtout si le réseau de transport en commun est mauvais. Si je ne touche que le RSA et que ma voiture est en panne, comme me rendre aux entretiens d’embauches ? Le problème se pose aussi quand on vient de retrouver du travail, souvent après une longue période sans emploi, mais qu’une voiture est nécessaire pour se rendre au boulot, ou pour exercer son nouveau job. Qu’est-il possible d’attendre de Pôle Emploi pour avoir une voiture ?

 

Se déplacer quand on est un jeune au chômage

Se faire prêter un véhicule pour se rendre sur son lieu de travail ou a un entretien d’embauche quand on est chômeur, pourquoi pas, mais le mieux reste encore de posséder son propre véhicule. Une aide de Pôle Emploi s’adresse aux jeunes au chômage de mois de 26 as, à condition qu’ils viennent de retrouver un contrat, même en CDD de 3 mois, où qu’ils démarrent un apprentissage.

L’aide fournie à un jeune qui vient de retrouver du travail est proche de 800 euros, au maximum, et si cela n’est pas suffisant comme aide financière pour le financement d’une voiture d’occasion, ou pour acheter une voiture sans permis, c’est une somme qui peut rendre bien des services, surtout qu’elle n’est pas remboursable. L’achat d’un deux roues peut-être envisagé, on peut trouver un scooter pour 800 euros. Même chose pour effectuer des réparations sur sa voiture si elle est en panne, ou pour payer les échéances de l’assurance en retard.

Acheter une voiture avec l’aide du microcrédit


Un interdit bancaire FICP peut toujours aller voir sa banque pour emprunter de l’argent, mais celle-ci risque de bloquer à la lecture du fichier BDF en question. Etre Banque de France n’est pas une gageure de remboursement assurée pour l’organisme financier ! La solution du micro crédit peut être une bonne solution pour les petits revenus (ceux qui touchent le RSA), où les situations compliquées comme celle que peu rencontrer un chômeur en fin de droit ou un demandeur d’emploi qui ne peut pas toucher les Assedics.

Il est possible d’acheter une voiture avec un micro crédit, puisque celui-ci monte parfois jusqu’à 3000 euros, et que beaucoup de bonnes voitures d’occasions sont en dessous de cette somme. Le micro crédit peut se souscrire auprès d’associations qui ont un partenariat avec certaines banques et l’état (pour la caution). Pour ceux qui ont un projet professionnel avancé, l’ADIE peut accompagner le créateur dans sa demande de financement, en particulier pour l’achat d’un véhicule en rapport avec sa nouvelle auto entreprise.

 

Et pourquoi pas se faire prêter une voiture ?


On a beaucoup parlé de l’achat d’un véhicule jusqu’à maintenant dans cet article. Mais la solution quand on n’a pas d’argent est peut-être de se diriger vers la location sous forme de prêt, et si possible à bas coût. Cela permet de gagner du temps lorsque les dossiers de financement n’avancent pas, et le résultat est le même : trouver une voiture pour aller bosser !

Les demandeurs d’emploi sont les plus favorisés par ce système, puisque la réinsertion est au cœur de l’action des nombreuses associations dans toutes les régions qui favorisent l’accès à la mobilité pour tous. On a beaucoup parlé de Papa Charlie, l’association basée en Ile de France qui permet aux chômeurs de conduire leur propre voiture pour 4 euros par jour de location, mais bien d’autres loueurs associatifs de voitures mettent des véhicules à la disposition des laisser pour compte des crédits classiques :

  • TMS
  • Les autos du cœur
  • Mobilité 41
  • Association prête moi une voiture…

La liste ne cesse de s’allonger, pourquoi ? Tout simplement parce que la précarité sociale gagne du terrain, et qu’il est de plus en plus difficile de financer soi même l’achat d’un véhicule, même lorsqu’il s’agit d’investir dans une petite voiture. Etre interdit bancaire et devoir faire un crédit pour réparer sa voiture et ainsi pouvoir aller travailler, c’est un problème. Louer une voiture à bas prix est une solution alternative qui permet de gagner du temps pour stabiliser à nouveau sa situation financière et se déficher de la Banque de France en levant son interdiction bancaire.

Mais les chômeurs et les fichés FICP ne sont pas les seuls concernés par le besoin de rouler, même si ils sont les plus nombreux. Une personne handicapée a besoin de se déplacer, et certaines habitent dans des régions sans infrastructures adaptées. La pension handicap étant petite, on ne peut pas toujours investir dans un véhicule spécialement équipé. Certaines associations mettent également des véhicules à la disposition des handicapés, sur une courte ou une moyenne durée.

 

Le leasing pour interdit bancaire


 

Fiché BDF et besoin d’une voiture ? Si on ne peut pas parler spécialement d’une location auto pour FICP, le leasing est une bonne alternative si on a les moyens financiers de le mettre en place.

Le leasing est une alternative à la location de voiture classique, généralement utilisé par les entreprises pour mettre une voiture à la disposition d’un collaborateur, en la réglant chaque mois et ainsi ne pas être obligé de la payer cash. C’est donc une location longue durée, avec ou sans option d’achat selon la formule choisi. Le leasing à de nombreux avantages, surtout si on se voit refuser un crédit pour changer de voiture.

Etre en difficulté financière ne signifie pas qu’il faut arrêter de conduire, et le leasing permet de lisser chaque mois l’argent qu’il sera nécessaire pour continuer à rouler. La LOA, location avec option d’achat, permet de ne pas verser des loyers à fonds perdus et de devenir propriétaire du véhicule à la fin du contrat signé avec le loueur. Toutefois, le leasing étant une sorte de crédit, même s’il n’est pas considéré comme tel, les loueurs de voiture le pratiquant vont se montrer vigilant quand aux revenus de la personne qui veut contracter. Il va donc falloir justifier de sa situation professionnelle, de son identité et de ses revenus pour pouvoir payer les loyers. Raison pour laquelle le leasing est réservé à ceux qui gagnent bien leur vie.

Etre FICP et louer une voiture sur le long terme

Le fichage BDF empêche dans la majorité des cas d’acheter une voiture à crédit. Un leasing va lever ses barrières, et peut même être souscrit dans un pays frontalier, habitué de louer des voitures sur le long terme à des clients français. Ainsi, faire un leasing au Luxembourg, ou chercher une LOA en Suisse peut éviter de se voir refuser la location pour raison de fichage Banque de France. Même chose pour un leasing en Belgique. Attention toutefois, selon les loueurs, il faut avoir une adresse dans le pays de location, surtout pour louer une grosse cylindré.

Le leasing permet donc d’acheter une nouvelle voiture en Suisse, même si on est FICP en France. La fiscalité du Luxembourg et des ses voisins du Benelux étant avantageuse, on peut en retirer d’autres avantages, quand au coût final de l’acquisition de son véhicule. Nous terminerons toutefois par mettre en garde les FICP contre les excès de crédit. Mieux vaut commencer par régler ses difficultés en France, avant de s’attaquer à un nouveau crédit à l’étranger.

En définitive, acheter une voiture même sans argent est possible, et si cela ne l’est pas, on peut prendre un véhicule d’occasion, se faire prêter une voiture, ou pencher pour le leasing. A tout problème, il y a une solution !

 

http://pret-aide.net/acheter-une-voiture-interdit-bancaire-ficp-surendettement/

 

 

 

 

Publié dans Economie

Partager cet article
Repost0

L’eczéma de l’enfant, un mal incurable ?

Publié le par MrStrange49

L’eczéma, aussi appelé dermatite atopique, apparaît dès le plus jeune âge et se caractérise par des plaques rouges et des zones de peau sèche qui entraînent de fortes démangeaisons. Selon une récente étude financée par le NIAMS et publiée dans la revue JAMA Dermatology, cette maladie persisterait, dans la plupart des cas, à l’âge adulte.

10 % à 20 % des moins de 5 ans atteints d’eczéma

Dans une étude mise en ligne le 2 avril sur la revue JAMA Dermatology, une équipe de recherche s’est penchée sur la persistance de la dermatite atopique douce à modérée, ou, plus communément de l’eczéma léger à modéré. L’étude a été financée par le National Institute of Arthrisis Musculoskeletal and Skin diseases (NIAMS).

Les chercheurs rappellent que l’eczéma est une maladie qui touche de nombreux enfants, 10 à 20 % des enfants de moins de 5 ans seraient concernés.

Contrairement aux idées reçues, la dermatite atopique ne disparaît pas avec l’âge, mais est bien « une maladie à vie avec des hauts et des bas en matière de problèmes de peau » expliquent les chercheurs.

L’étude a porté sur 7 000 enfants souffrant d’eczéma, âgés de 2 à 17 ans. Tous les 6 mois, pendant plus de 5 ans, leur traitement et leurs symptômes ont été analysés par les chercheurs. Les résultats montrent que 64 % des jeunes de l’étude n’ont pas cessé d’avoir de l’eczéma.

Ce n’est qu’à partir de 20 ans que certains patients ont connu des périodes sans plaque, sans démangeaison, ni traitement. Les scientifiques ont donc constaté que « les symptômes de la dermatite atopique, même lorsqu’elle est légère ou modérée, persistent bien au-delà de la première décennie de l’enfant ».

Quelques recommandations

Les scientifiques demandent aux médecins de prévenir les familles d’enfants atteints d’eczéma que cette maladie est persistante et qu’elle risque de continuer à l’âge adulte, avec des périodes de crises et des périodes de rémissions.

Ils appellent aussi d’autres chercheurs à réaliser de nouvelles études afin d’identifier les facteurs responsables de la persistance des symptômes dans le temps. Certains facteurs potentiels ont déjà été évoqués comme la nourriture, la présence d’animaux dans le foyer, l’exposition au tabac ou encore la pollution.

http://allocreche.fr/actualite/eczema-de-enfant-un-mal-incurable-725

 

Publié dans Santé

Partager cet article
Repost0

Les nouveaux matelas de berceaux sont-ils plus toxiques que les anciens ?

Publié le par MrStrange49

En travaillant sur la qualité de l'environnement de sommeil de l'enfant, des chercheurs américains se sont penché sur la toxicité des matelas de berceaux. D'après l'étude,les nouveaux modèles contiendraient environ 4 fois plus de composés organiques volatiles que les matelas usagés.

 

4 fois plus de composés organiques volatils dans les matelas neufs

Les nouveau-nés passent en moyenne 50 à 60 % de leur temps à dormir, les berceaux constituent donc un environnement important pour les bébés. Cet environnement est-il pour autant très sain ?

Des chercheurs de l’université du Texas à Austin se sont posé la question et ont décidé de mener une étude sur les produits que les bébés pouvaient inhaler dans leur sommeil. Ici, les scientifiques se sont focalisés sur la toxicité des matelas de berceaux. Les recherches ont été supervisées par les professeurs Ying Xu et Atila Novoselac.

Au total, 20 matelas en polyuréthane et en polyester neufs et usagés ont été analysés par les chercheurs.

Les résultats montrent que les nouveaux matelas contiennent 4 fois plus de composés organiques volatils (COV) que les anciens, avec environ 87,1 microgrammes de COV émis par mètre carré et par heure pour les matelas neufs, contre 22,1 microgrammes pour les anciens. Les composés organiques volatils observés sont généralement présents dans certains produits nettoyants et vaporisateurs toxiques.

Il a aussi été constaté que la température du corps augmente les émissions des COV et que les émissions chimiques sont plus importantes dans la zone respiratoire de l’enfant. En moyenne, un bébé respire jusqu’à 10 fois plus de COV qu’un adulte dans la même pièce.

En résumé, les matelas de berceaux qu’ils soient neufs ou plus anciens peuvent émettre certaines substances potentiellement toxiques pour les bébés. Les modèles récents contenant plus de composés organiques volatils que les anciens, mais les anciens pouvant contenir d’autres substances toxiques, aujourd’hui retirées des processus de fabrication, comme certains phtalates.

L’étude a été publiée dans la revue Environmental Science & Technology et peut être téléchargée (en anglais) sur son site Internet : pubs.acs.org/journal/esthag

D’autres études sont nécessaires.

Les chercheurs américains tentent tout de même de relativiser en précisant qu’à l’heure actuelle, la science ne possède que très peu d’informations à propos de l’effet, l’impact réel de ces substances potentiellement toxiques sur la santé. La plus grosse difficulté reste que les scientifiques, s’ils parviennent à identifier certaines substances, ignorent la composition exacte de ces matelas, celle-ci évoluant sans cesse.

Les scientifiques ne souhaitent pas non plus paraitre alarmistesÀ ce jour, aucun lien de cause à effet n’a pu être établi entre les matelas de berceau et des problèmes de santé qui seraient intervenus chez des nourrissons. De plus s’il existe des risques potentiels pour la santé, ceux-ci peuvent être diminués par l’usage de protège-matelas par exemple.

http://allocreche.fr/actualite/les-nouveaux-matelas-de-berceaux-sont-ils-plus-toxiques-que-les-anciens-726

Publié dans Santé

Partager cet article
Repost0

De l'extinction du Permien (-245 millions d'années) à notre futur extinction

Publié le par MrStrange49

4 mars 2010 : ça commence! Grosse fuite de méthane dans l'atmosphère depuis l'Arctique

Le fond de l'océan Arctique libère du méthane, un puissant gaz à effet de serre, à un rythme plus élevé que ne le pensaient les experts, ce qui pourrait aggraver le réchauffement climatique, selon une étude publiée jeudi dans la revue Science.

Les scientifiques ont en effet longtemps considéré que le permafrost situé sous l'océan Arctique constituait une barrière infranchissable pour le méthane, un gaz dont l'effet de serre est trente fois supérieur à celui du CO2. Mais les observations de l'équipe de l'université de Fairbanks montrent que le permafrost sous-marin est perforé et laisse échapper de grandes quantités de méthane.

(...)


«La libération dans l'atmosphère de seulement un pour cent du méthane que l'on suppose stocké dans les dépôts d'hydrate de faible profondeur pourrait multiplier l'effet actuel du méthane atmosphérique par trois ou quatre», ajoute-t-elle. «Les conséquences climatiques d'un tel événement sont difficiles à prévoir.»

Les fonds marins recèlent d'immenses réservoirs de ce gaz sous forme solide. Gerald Dickens sait que l'hydrate de méthane contient de grandes quantités de C12 et que l'on trouve des dizaines de réservoir à travers le monde, le long des côtes sur les plateaux continentaux. Le long des côtes de l'Amérique du Sud, de l'Amérique centrale, la côte ouest des USA, Canada et probablement en Indonésie et en Australie, en fait là où des matières organiques se décomposent au fond de l'eau pour créer le méthane. Ces énormes réservoirs de méthane pourraient-ils être la somme du C12 retrouvé dans les roches du Permien ? Si oui, comment expliquer le phénomène ? Dickens entame des recherches. Le méthane gelé naturel étant instable et peu facile à extraire, des échantillons artificiels sont produits en laboratoire.

La grande question est de savoir comment le méthane passa de l'océan à l'atmosphère. Lorsque Dickens disposa les échantillons artificiels dans de l'eau réchauffée, les résultats furent spectaculaires. Il se dissociait ! Le géologue constata que même un petit morceau de méthane gelé, dégageait d'énormes quantités de gaz riche en C12 . L'expérience confirma son hypothèse. L'accroissement du carbone 12 était la conséquence de la libération d'énormes quantités de méthane. Et Gerald Dickens fit une autre découvertes: une légère augmentation de la température de l'eau pouvait faire fondre le méthane et libérer le carbone. Pour expliquer les quantités de carbone 12 que l'on retrouvait dans les données géologiques, il suffisait que l'eau des fonds marins se réchauffe de 5°C. En octobre 1999 le géologue publia ses résultats. Il était loin de se douter des retombées que ses travaux allaient avoir.

A 8 000 km de là, en Angleterre, Paul Wignall lut l'étude de Gerald Dickens avec un intérêt croissant. Il réalisa tout à coup que ses idées, pour expliquer l'augmentation du C12 , pouvaient s'appliquer à la découverte du Groenland. C'était en quelque sorte le chaînon manquant de l'énigme de l'extinction du Permien. Paul Wignall s'interrogea sur les effets qu'une telle quantité de méthane pouvait avoir sur le climat. De fait, le méthane compte parmi les plus puissants gaz à effet de serre. En prenant le carbone 12 comme base pour les quantités de méthane, le chercheur construisit un modèle climatique approximatif. Il était compliqué d'estimer l'impact qu'avait pu avoir la libération du méthane, mais on pouvait calculer le volume de gaz émis à partir des données sur l'augmentation du C12 . D'après ses évaluations, la quantité de méthane relâchée dans l'atmosphère était suffisante pour réchauffer la planète de 4 à 5°C. Mais ce n'était pas suffisant pour faire disparaître toute forme de vie sur Terre. Paul Wignall réalisa que le méthane ne représentait qu'un seul aspect du problème. Pour que ce gaz gelé fonde, un phénomène précédent devait avoir eu lieu, pour réchauffer la planète de 4 à 5°C. Le méthane aurait alors augmenté la température du globe de 4 à 5°C. Soit un écart depuis le début de l'anomalie de 8 à 10°C. Un réchauffement suffisant pour tuer toutes espèces vivantes.

 

http://www.statistiques-mondiales.com/emissions_co2.htm

 

lu en 2012

Sommaire de la page : Méthane : la bombe à retardement - Le réchauffement climatique est la conséquence de notre insouciance! Pas la cause du dérèglement général - L'Irlande veut taxer ses pets de vache - Un gaz à effet de serre : le CO2 - La menace du méthane arctique sur le futur climatique - Obscurcissement de la planète et réchauffement climatique - Les scientifiques prévoient une augmentation de six degrés d'ici à 2100 - 23 février 2010 : L'acidification des océans, du jamais vu depuis les dinosaures - Aujourd'hui qu'en est-il de l'activité solaire?La géo-ingénierie : notre planète n'est pas un laboratoire (PDF) - Et Olala! les coquillages n'arriveront plus à fabriquer leurs coquilles en carbonate de calcium et, chimie du carbone 12 oblige, l'acidité de l'eau attaquera le calcaire des plateaux océaniques, ce qui libèrera -eh oui!- du CO2!!! Toujours du CO2!!! De ça on ne nous en parle pas encore!

 

L'inquiétude grandit en Sibérie et au sein de la communauté scientifique après la découverte de deux trous géants proches de 50km l'un de l'autre depuis mi-juillet. Car de plus en plus, la cause de la formation de ces cratères large de 30 et 80 mètres et profonds d'une septantaine de mètres est à mettre sur le compte du réchauffement climatique.

Selon le site Mysterious Universe, une scientifique de la région, Anna Kurchatova, a ainsi indiqué que le réchauffement accélérait de manière alarmante la fonte des glaces souterraines, «ce qui a pour effet de relâcher du gaz à la manière de l'ouverture d'un bouchon de champagne.»

Du méthane explosif

Actuellement, la région sibérienne est recouverte de pergélisol, soit des sols qui restent constamment gelés et ou couverts de glace. Avec les températures qui grimpent, ces glaces fondent et permettent aux gaz enfouis sous terre de se libérer. Hic: c'est surtout du méthane qui s'échappe. Et le méthane est un puissant gaz à effet de serre, avec un potentiel de réchauffement 21x supérieur au CO2!

C'est donc un cercle vicieux qui se met en place: plus il y a de méthane qui s'échappe, plus le réchauffement s’accélère et plus il risque d'y avoir de nouvelles poches de gaz qui éclatent créant ainsi de nouveaux cratères.

Preuve du réchauffement

Selon une étude internationale sur le pergélisol et les risques du méthane citée par le site Slate en janvier 2012, il y aurait 18,8 millions de km2 de sols gelés dans le grand Nord. Des sols qui retiennent 1700 milliards de tonnes de carbone organique. «Soit 4 fois la quantité de carbone émise par l’activité humaine dans les temps modernes et 2 fois plus que celle qui est présente dans l’atmosphère aujourd’hui», indiquent les chercheurs.»

La formation de ces trous géants impressionnants n'aurait donc rien à voir avec des caprices de Dame Nature. Ils seraient surtout une nouvelle preuve du réchauffement de la planète. N'en déplaise aux climato-sceptiques et pour la plus grande crainte des scientifiques qui voient leurs pires scénarios prendre peu à peu corps...

la crise Permienne (-245 Ma) est la plus importante crise biologique qu'ait connue la Terre

Peu à peu, la signification des données retrouvées au Groenland s'imposa. Il n'y avait pas eu un tueur au Permien, mais deux. C'est ainsi que Paul Wignall put reconstituer le déroulement probable de l'incroyable catastrophe.

Comme beaucoup le pensaient, cela commença par les trapps de Sibérie. Sur des milliers de km, la lave s'écoula de profondes fissures dans l'écorce terrestre. Ce fut le 1er tueur. Pour Michel Benton le ciel du Dicynodonte devait être pourpre en raison du taux élevé de poussières rejetées dans l'atmosphère. Lorsque le Mont Saint Helen (USA) explosa dans les années 80, pendant de nombreuses années, dans l'hémisphère Nord, pour les mêmes raisons, nous pouvions admirer un beau ciel rouge, le soir au couchant. Les modifications climatiques s'installèrent peu à peu. Au début, il faisait un peu plus chaud. Mais d'années en années, cela s'aggrava. Il y eut un terrible hiver suivi d'un réchauffement climatique lent. Progressivement la température moyenne s'accrut. Les espèces terrestres les moins résistantes, disparurent avec une diminution du nombre des naissances avec disparition de plus en plus importante des plus faibles. Les conséquences se répercutèrent dans les océans. La température de l'eau augmenta entraînant la mort des espèces marines.  C'est alors qu'un nouveau phénomène entra en action. Les eaux de plus en plus chaudes libérèrent le second tueur venu du fond des océans : le méthane. La libération d'énormes quantité de méthane, gaz à effet de serre, augmenta la température du globe de 4 à 5°C. Le réchauffement global entraîna un accroissement de la température moyenne de la Terre de 10°C. Cela signifiait que le Sahara occupait tout ce qui contenait la vie. Finalement des espèces entières disparurent.

Voilà qui satisfait le monde scientifique. Une théorie globale pouvant expliquer les données retrouvées sur le terrain parmi les fossiles du Groenland. Après de nombreuses années de recherche, la cause de l'extinction du Permien a peut-être été identifiée.

 

Les économistes élaborent des modèles

Les économistes élaborent des modèles qui anticipent les conséquences de cataclysmes potentiels et proposent des mesures pour prévenir les conséquences dramatiques de ces événements rares. Aujourd'hui, leurs modèles tiennent compte de la psychologie des citoyens auxquels s'adressent ces modèles. Un progrès notable.

On voit que le rêve de tout mathématiser est aussi totalitaire que celui des économistes libéraux et nous mène dans les mêmes impasses. On pourrait se demander si ce sont les mathématiques ou l'économie qui sont responsables de cette quantification qui est une déqualification mais c'est bien l'économie qui lui donne ses moyens et nourrit cette normalisation. Les mathématiques, ça sert à n'importe quoi...

Il existe des actions simples qui réduisent les émissions et sont profitables, par exemple le fait de mettre son ordinateur en veille, ou d’éteindre la lumière dans une pièce inoccupée. Au contraire, les énergies éolienne et photovoltaïque coûtent collectivement respectivement autour de 60euros et 1200 euros la tonne de dioxyde de carbone évitée, très loin des 17 euros annoncés en septembre par le président de la République ! La défense de cette politique environnementale au nom du principe de précaution est affligeante. Cet argent pourrait être mieux utilisé ailleurs, par exemple dans la lutte contre le paludisme ou la malnutrition des jeunes enfants en Afrique tropicale. Ces technologies nécessitent encore plusieurs années de recherche et de développement avant d’atteindre la maturité. Tout n’est pas possible. Investir massivement dans la lutte contre l’effet de serre réduit nécessairement les moyens disponibles pour le financement d’autres efforts de prévention et pour la satisfaction des aspirations multiples de nos concitoyens. En reconnaissant nos peurs envers les risques les plus méconnus, le principe de précaution biaise cette hiérarchie en faveur de la prévention de ces derniers au détriment de la prévention des risques les plus faciles à quantifier. Il reste à vérifier que cette adaptation du calcul socioéconomique est compatible avec l’intérêt commun tel qu’il transparaît des nombreuses études expérimentales et des données comportementales disponibles et relatives à l’attitude des individus face au risque et à l’incertain.

De qui se moquent -on ?

Les scientifiques annoncent que le niveau des océans devrait s’élever de 18 à 59 cm d’ici 2100 du fait du réchauffement climatique. Il y a deux raisons à cela : la fonte des glaciers continentaux et la dilatation thermique des océans.

Le premier phénomène est le plus intuitif. Si l’élévation des températures provoque la fonte de la glace située sur les continents (calotte polaire antarctique, glaciers alpins, andins, etc.), l’eau piégée dans cette glace va se retrouver dans les océans. L’augmentation du volume d’eau entraînera mécaniquement une hausse du niveau de la mer.

A titre d’exemple, si toute la glace de l’Antarctique et du Groenland fondait, le niveau des océans augmenterait de 70 mètres ! En revanche, la fonte de la banquise et des icebergs, qui flottent sur la mer, ne ferait pas varier ce niveau d’un iota en vertu du principe de la poussée d’Archimède.

Pourtant, la fonte des glaces n’est pas le principal facteur de la montée des eaux. L’effet de la dilation thermique est plus important. En effet, sous l’effet de la chaleur les molécules ont tendance à s’agiter et à s’éloigner les unes des autres. Par conséquent, le volume occupé est plus important lorsque la température augmente.

C’est ce qui arrive aux océans dont la température augmente avec le réchauffement climatique. Ainsi, si le niveau des océans s’est élevé d’une quinzaine de centimètres au cours du dernier siècle, c’est essentiellement dû à la dilation thermique de l’eau. En effet, dans le même temps la température moyenne de la Terre s’est élevée de 0,6 °C, augmentation qui a provoqué une dilation de la couche océanique des mille premiers mètres de 15,6 cm.

http://jeanzin.fr/2009/11/01/revue-des-sciences-1109/

http://www.fossiliraptor.be/extinctions.htm

http://terresacree.org/rechauf.htm

http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/qr/d/rechauffement-climatique-niveau-mer-monte-945/

Publié dans Science

Partager cet article
Repost0

la France demeure, partout, l’alliée des oppresseurs.

Publié le par MrStrange49

Révélations sur le rôle de Paris dans l’enrôlement des juifs français dans l’armée israélienne.

On ne connaît pas les statistiques exactes, mais on sait que de plus en plus de juifs français veulent quitter l’Hexagone, pour des raisons diverses. Les uns pour Israël, d'autres pour le Canada – à cause de la langue –, d'autres encore, les séfarades notamment, pour l'Espagne où le gouvernement a promis la citoyenneté aux descendants des juifs expulsés par les Rois Catholiques en 1492. Lorsque, en 2004, l’ex-Premier ministre israélien, Ariel Sharon, a appelé les juifs de France à venir en Israël, tous les médias parisiens, y compris les plus marqués à droite, s’en sont offusqués. Dix ans plus tard, ces mêmes médias découvrent avec stupéfaction que les autorités françaises étaient partie prenante de ce projet, à travers leurs réseaux secrets. C’est grâce aux révélations faites notamment par Le Monde diplomatique et son directeur adjoint, spécialiste des questions du Proche-Orient, Alain Gresh, qu’on sait aujourd’hui que le gouvernement français a signé une convention avec une association appelée AMI («Alya et meilleure intégration») pour organiser l’intégration des juifs français en Israël, par l’intermédiaire du consulat général français à Tel-Aviv. Pour cette association, le «rapatriement des juifs» dans le monde entier est une préoccupation qui remonte à avant même la création de l’Etat d’Israël en 1948. Cette association présente le départ des juifs vers Israël comme un «retour aux sources» et même un devoir sacré. Elle propose, à travers son site internet – dont un des partenaires est le ministère français des Affaires étrangères –, d’aider à l’installation des arrivants dans différentes villes, en leur trouvant un emploi. Mais elle exige de chaque postulant de faire d’abord son service militaire – une obligation en Israël. Alors que, dans les discours officiels, ce même ministère est connu pour être le premier à dénoncer la colonisation, qu’il ne se gêne pas de décrire comme un crime de guerre. Plus grave encore, le gouvernement français n’a jamais condamné l’incorporation, peu connue de l’opinion publique dans l’Hexagone, des milliers de Français dans l’armée israélienne, notamment dans les territoires occupés, au moment où ce même gouvernement dénonce le départ des djihadistes pour la guerre en Syrie. Au contraire, leur enrôlement trouve tous les encouragements des officiels français à Jérusalem. Ces soldats ont, selon des fuites rapportées par la presse française, participé à des opérations de représailles contre les Palestiniens, comme l’opération dite «Piliers de défense» contre Ghaza, en novembre 2012, qui a fait des milliers de victimes palestiniennes. Alain Gresh s’est déjà penché sur cette duplicité du discours officiel français dans le traitement du conflit israélo-palestinien. Il dit ne pas comprendre pourquoi «on soutient les rebelles syriens en guerre contre leur gouvernement et on refuse d’appuyer les Palestiniens dans leur guerre contre le colonialisme israélien». Cela prouve au moins une chose : la France demeure, partout, l’alliée des oppresseurs.

http://algeriepatriotique.com/article/revelations-sur-le-role-de-paris-dans-l-enrolement-des-juifs-francais-dans-l-armee-israelien

 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

L'Algérie prête à aider le peuple palestinien à Ghaza (Abdelmalek Boudiaf)

Publié le par MrStrange49

Le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a exprimé jeudi à Alger la disponibilité de l'Algérie à accueillir dans ses hôpitaux les blessés palestiniens, victimes de l'agression israélienne contre la bande de Ghaza. Lors d'une audience accordée à l'ambassadeur de Palestine à Alger, Louay Mohamed Aïssa, M. Boudiaf a affirmé que «l'Algérie est prête à aider et à assister les Ghazaouis». Au sortir de l'audience, l'ambassadeur palestinien a indiqué avoir examiné avec le ministre de la santé la situation en Palestine et particulièrement dans la bande de Ghaza qui connait une «situation humanitaire des plus déplorables». L'ambassadeur palestinien s'est félicité de la disponibilité de l'Algérie à aider le peuple palestinien, ajoutant avoir informé le ministre de la santé des besoins urgents des Ghazaouis.

AIDONS AUSSI LES ORPHELINS PALESTINIENS.
NOUS DEVONS LES ACCUEILLIR SINON ILS SE FERONT MASSACRES .
C'EST UN DEVOIR POUR NOUS MUSULMANS D'ACCUEILLIR DES ORPHELINS, LES ÉDUQUER , LES FORMER ( médecins , ingénieurs, militaires etc ) ET AINSI LORSQU'ILS RETOURNERONT DANS LEUR PAYS, CE SERAIT TOUT À L'HONNEUR DE L'ALGÉRIE .

http://lgeriepatriotique.com/article/lalgerie-prete-aider-le-peuple-palestinien-ghaza-abdelmalek-boudiaf

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

Ce que prévoit l’armée française contre les jeunes des banlieues en cas de «désordres graves»

Publié le par MrStrange49

Les affrontements en marge de la manifestation pro-palestinienne à Barbès, à Paris. D. R

 

Les échauffourées d’une rare violence qui ont opposé des manifestants anti-israéliens aux forces de l’ordre au nord de Paris n’ont pas empêché les nombreux mouvements pro-palestiniens à appeler à une nouvelle manifestation de soutien aux populations de Ghaza samedi prochain. La grosse inquiétude engendrée par ces manifestations à caractère insurrectionnel qui ont secoué la capitale, à l’occasion de la journée de solidarité avec le peuple palestinien, fait-il penser, au niveau des états-majors, à des solutions de répression «plus efficaces» dans le cas où les dispositifs policiers mis en place pour empêcher les foules de manifester s’avéraient «inopérants» ? La France fera-t-elle intervenir l’armée pour parer à des contestations de plus en plus fortes et à des risques de trouble récurrents dans les quartiers dits chauds, assis sur des poudrières qui menacent d’exploser à tout moment, dans un contexte de crise économique et sociale endémique(*) ? Un Mémento sur la défense militaire terrestre en vigueur depuis 1992 définit les prérogatives et la participation des armées aux missions de défense civile. Celles-ci se résument dans les missions de secours et de sécurité générale, mais peuvent être élargies à la gestion des situations de crise internes, telles que les états d’exception (état d’urgence, état de siège, etc.) et aux cas de «menaces» qui nécessitent l’intervention de l’armée. Le document énumère les formes de menaces «auxquelles la France pourrait avoir à faire face sur le territoire national». En tête, figure : «Des désordres graves sur le territoire national sans intervention extérieure, mettant en cause la continuité de l’action gouvernementale, la vie économique de la nation ou la sûreté et la liberté d’action des forces armées.» Des sources au fait des règlements de l’armée française soulignent que ce dernier cas de figure concerne directement les banlieues et les quartiers dits difficiles où la police est souvent «bannie». Si le Mémento de l’armée française fait allusion à une menace terroriste, le gouvernement n’a nullement besoin d’attendre que le terrorisme s’installe pour décréter l’état d’urgence, en application de la loi n° 55-385 du 3 janvier 1955 (modifiée par la loi n° 55-1080 du 7 août 1955 et l’ordonnance n° 60-372 du 21 avril 1960). «L’état d’urgence, lit-on dans le Mémento, peut être déclaré sur tout ou partie du territoire : soit en cas de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public ; soit en cas d’événements présentant le caractère de calamité publique.» Tout y est dit. Il suffit que le gouvernement décide qu’une situation déterminée constitue «un péril imminent» pour déclarer l’état d’urgence et faire intervenir automatiquement l’armée, y compris pour le rétablissement de l’ordre, comme cela est explicitement spécifié dans le document. L’état d’urgence est décrété en Conseil des ministres pour une durée de 12 jours et peut être prorogé. Si le pouvoir politique en France n’a jamais jugé utile de faire appel à l’armée pour le maintien de l’ordre, même pendant l’insurrection de mai 1968, ce n’est pas le cas depuis la recrudescence des actes terroristes en France, les militaires étant de plus en plus présents aux côtés des gendarmes et la police dans le cadre du plan Vigipirate.

http://algeriepatriotique.com/

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0