Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA PRÉVISION DES SÉISMES EST-ELLE POSSIBLE ?

Publié le par MrStrange49

On distingue généralement la prévision à long terme (plusieurs dizaines d'années), à moyen terme (entre un mois et une année), à court terme ou prédiction (quelques heures à quelques jours).

La prévision à long terme (plusieurs dizaines d'années), permet la définition d'un mode de construction adapté à une région, et l'éventuel renforcement du bâti existant. La prévision à moyen terme (un mois, une année), permet aux scientifiques d'instrumenter finement et de surveiller la ou les failles menaçantes. Enfin la prédiction à court terme (quelques heures à quelques jours), permet la mise en alerte des réseaux d'intervention de la protection civile, la préparation des secours et éventuellement l'évacuation temporaire des bâtiments.

3-1 - la prévision à long terme

La prévision à long terme permet de définir l'aléa sismique d'une région, c'est à dire la probabilité d'occurrence d'une secousse dépassant un certain niveau. L'analyse de la sismicité historique (retrouver les magnitudes et les localisations approximatives des failles sources), de la sismicité instrumentale, et l'identification des failles actives sur le terrain, permet de fournir le cadre nécessaire à la définition de l'aléa. Pour un site donné, la magnitude et la distance du ou des séismes à prendre en compte étant définies, il est possible d'estimer les caractéristiques du mouvement du sol.

Mais quel est pour la population l'intérêt de savoir que dans un siècle ou plus un séisme d'importance indéterminée se produira dans la région ? Mis à part la nécessité de construire en respectant des normes parasismiques, la motivation est peu importante.

3-2 - la prévision à moyen terme

La prévision à moyen terme semble avoir trouvé une voie prometteuse par la technique de reconnaissance des formes, appliquée par une équipe soviétique aux variations dans l'espace et le temps de la sismicité d'une région. Ces chercheurs pourraient ainsi préciser le lieu (à quelques centaines de kilomètres près) des plus grands séismes de l'année qui vient, avec un taux de succès significatif, sur la base des catalogues annuels de sismicité.

Ces résultats, s'ils sont confirmés, sont importants, car les techniques de prédiction à court terme, très coûteuses, nécessitent le choix a priori des failles à surveiller, choix qui pourrait être guidé par la méthode soviétique.

3-3 - la prévision à court terme ou prédiction

La prédiction sismique consiste à tenter de prévoir le lieu et l'instant d'un futur séisme destructeur. La prédiction à court terme devrait permettre d'évacuer les populations et donc de préserver des vies humaines. Or, le temps de retour moyen d'un séisme destructeur est très variable, de plusieurs dizaines d'années à plusieurs millénaires !

Les cycles sismiques d'une région ne sont pas forcément réguliers, loin s'en faut. Il est donc impossible à partir d'une simple analyse historique de prédire un séisme. Les sismologues doivent donc baser leur prévision sur d'autres observations : celles des phénomènes précurseurs.

  • 3-3-1 - les phénomènes précurseurs

Les observations des différents séismes ont permis de répertorier de nombreux phénomènes dont certains sont sans doute des précurseurs :

- déformations crustales

- évolution spatio-temporelle de la sismicité

- variation des vitesses de propagation des ondes sismiques

- phénomènes hydrogéologiques et géochimiques

- résistivité électrique

- potentiels spontanés

- émissions électromagnétiques

- variation du champ géomagnétique. source

source ci-dessous

Le radon permet-il de prévoir les tremblements de terre ?

Après  le  tragique  tremblement  de  terre  du  6  avril  2009  à  L'Aquila,  dans  les  Abruzzes,  une polémique s’est engagée en Italie à la suite d’informations sur la prédiction de ce séisme par un scientifique travaillant à  l'Observatoire  National du Gran  Sasso, sur la base de mesures de  la teneur en radon (gaz  radioactif provenant de la  décroissance d’éléments  radioactifs naturels
contenus dans les sols). 

L'IRSN,  dont  des  travaux  déjà  anciens  ont  été  évoqués  dans  le  débat  suscité  par  cette
prédiction, et  qui participe à des  recherches sur  l'influence  des  contraintes mécaniques sur
l'émission de radon dans les ouvrages souterrains, présente son point de vue sur les relations
entre dégagement de radon et activité sismique, à la lumière des éléments publiés à ce sujet.

La toute première observation d'un signal « radon » considéré, a posteriori, comme annonciateur
d'un  tremblement  de  terre,  remonte  à  plus  de  quarante  ans.  Ainsi,  à  compter  du  séisme  de Tachkent  (1966)  en  Ouzbékistan,  de très  nombreux  enregistrements  ont  mis  en évidence  des variations  inhabituelles  de  la  teneur  en  radon  des gaz  prélevés  dans  les  sols  ou  les  eaux souterraines,  avant  ou  pendant  les  tremblements  de terre  survenus  dans  la  plupart des  régions sismiques du globe. Précurseurs dans le premier cas, « co-sismiques » dans le second, ces signaux sont parfois également enregistrés après les secous ses sismiques ou encore seulement corrélés aux répliques. La forme et la durée de telles « anomalies » sont extrêmement variables et échappent, jusqu'à présent, à toute théorie dûment validée.

Le radon est un gaz radioactif formé en permanence dans les profondeurs de la croûte terrestre
jusque dans les sols les plus superficiels, du fait de la présence naturelle d'uranium ou de radium,
même en traces, dans toutes les formations rocheuses. Pour l'essentiel, il disparaît dans le sous-sol,par  désintégration  radioactive  non  loin  de  l'endroit  où  il  est  apparu,  sa  demi-vie  n'étant  que  de 3,8 jours.  Une  très  faible  fraction  du  radon  formé dans  la  croûte  terrestre  parvient  toutefois  à s'échapper dans l'atmosphère.

Les variations des teneurs en radon enregistrées dans les zones sismiques indiquent clairement que la circulation  des  fluides  souterrains  gazeux  ou  liquides  —  et  du  radon  qu'ils  transportent  — est affectée  par  les  contraintes  et  les  déformations  qui  préparent  ou  accompagnent  les tremblements de terre. Mais, passer de ce constat  à une véritable prévision supposerait que  l'on sache  associer  à  l’observation  d’un  signal  « radon »,  la  profondeur  du  foyer,  l'épicentre  et  la magnitude du séisme qu'il pourrait annoncer, le tout dans une « fenêtre temporelle » suffisamment étroite pour permettre aux pouvoirs publics de prendre des mesures de protection des populations dans  la  zone  menacée  (évacuation  préventive  par  exemple).  Hélas,  rien  de  tout  cela  n'apparaît actuellement  à  la  portée  des  scientifiques  qui,  en
Asie,  en  Europe  ou  en  Amérique,  dans  de nombreux pays exposés aux risques sismiques, œuvrent pour mettre en évidence des corrélations utilisables  entre  teneur  en  radon  et  activité  sismique.  Les  mécanismes  physiques  à  l'origine  des teneurs  inhabituelles  en  radon  ne  sont  encore  que  partiellement  connus,  de  même  que  les caractéristiques qui font qu'un site de mesure est sensible aux perturbations induites par un séisme qui se prépare, alors qu'un site voisin ne l'est pas. source

Perturbations ionosphériques liées aux séismes

Lancé en 2004, le satellite Demeter a observé pendant plus de 6 ans les signaux électriques et magnétiques dans l'ionosphère de la Terre. A la clé : plus de 300 publications scientifiques.

L'environnement électromagnétique de l'atmosphère terrestre est-il perturbé par l'activité sismique et volcanique au sol ? D'étranges concordances ont été enregistrées par des satellites. L'objectif de Demeter (Detection of Electro-Magnetic Emissions Transmitted from Earthquake Regions) était d'apporter plus de preuves et des d'explications. Mais même s’il existe une influence de l’activité sismique sur l’ionosphère, perçue par Demeter avant l’occurrence de certains séismes, les perturbations sont faibles et seulement mises en évidence d’une façon statistique. Rien ne peut donc être dit sur l’apparition de cette perturbation du champ électrique pour un séisme particulier, et en général, sur la possibilité de prédire des séismes.

Plusieurs papiers ont été publiés pour présenter des exemples de perturbations des paramètres ionosphériques en liaison avec des séismes (Parrot et al., 2006 ; Bhattacharya et al., 2007a, 2007b ; Pulinets, 2007 ; Sarkar et al., 2007). Il faut noter aussi une autre série de papiers qui concerne le changement d'intensité des signaux émis par les émetteurs TBF au sol et reçus à bord de DEMETER (Molchanov et al., 2006 ; Rozhnoi et al., 2007 ; Muto et al., 2008).

Mais le plus important est l'étude statistique sur l'intensité des ondes mesurées par les antennes électriques de DEMETER en fonction de l'activité séismique effectuée avec la méthode des époques superposées (Nemec et al., 2008). Dans cette méthode, toutes les occurrences de séismes sont ramenées à un temps zéro. Les résultats sont présentés en fonction de la fréquence sous forme d'intensité relative normalisée par la déviation standard. La Figure 1 correspond au champ électrique mesuré de nuit pour des tremblements de terre de magnitude supérieure à 4.8 (à gauche) et à 5 (à droite), de profondeur inférieure à 40 km, et une distance avec l'épicentre inférieure à 3° (les répliques n'ont pas été prises en compte). Les figures montrent une diminution de l'intensité des ondes mesurées par DEMETER (d'autant plus forte que la magnitude est plus grande) dans une gamme de fréquence entre 1 et 2 kHz qui commence à avoir lieu quelques heures avant les séismes. La Figure 2 présente les mêmes résultats mais en fonction de la distance avec l'épicentre.

Sulfure de dioxide et monoxide

Le SO2 est produit par les volcans et divers procédés industriels

Côte ouest des États-Unis , des quantités très fortes de monoxyde de carbone et de sulfure de dioxyde sont émises depuis peu de temps et visible depuis le satellite.

Donc , signes précurseurs d’activité volcanique et sismique?

 

LA PRÉVISION DES SÉISMES EST-ELLE POSSIBLE ?

Publié dans Earthquake

Partager cet article
Repost0

TTIP ou TAFTA Douzième cycle de négociations sur le TTIP, du 22 au 26 février

Publié le par MrStrange49

Le douzième cycle de négociations commerciales entre l’Union européenne et les États-Unis ont eut lieu à Bruxelles, du lundi 22 au vendredi 26 février 2016.

Ces négociations contribueront à ouvrir la voie à un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) entre l’Union et les États-Unis. Les négociateurs se pencheront sur les trois principaux éléments de l’accord: l’accès aux marchés, la coopération réglementaire et les règles.

TTIP : une salle de lecture sous le plus grand secret
15 février 2016, par Yonne Lautre

Les députés luxembourgeois peuvent accéder depuis ce lundi aux documents du projet de Traité de libre-échange transatlantique (TTIP, entre l’Union européenne et les États-Unis). L’accès se fera a priori sous haute surveillance, dans une salle de lecture aménagée au ministère des Affaires étrangères, avec l’interdiction d’utiliser un appareil photo ou un téléphone portable. La plate-forme Stop TTIP dénonce une « farce démocratique ».
http://www.lequotidien.lu/politique-et-societe/ttip-une-salle-de-lecture-sous-le-plus-grand-secret/

Un traité qui concerne chacun d'entre nous et dont nous ne verrons jamais le contenu. Telle une dictature l'Europe et ses oligarches, imposent aux pleuples de manger de la merde juste pour le fric. Engendrer des milliers de chômeurs dans l'agriculture. La France sera touchée dans la restauration le savoir faire de la bonne bouffe risque d'être déclassifié au titre de la mal bouffe, un trois étoile et un fast-food seront de qualité égale. La crise des agriculteurs va s'amplifier les ogm, les anti-biotiques dans la viande US et les farine alimentaires «risque sanitaire maladie de Creutzfeldt-Jakob » pour les vaches et autres animaux en provenance des Etats-Unis vous sera servi à profusion.

Aux États-Unis, les vaches sont nourries aux bonbons. Aux États-Unis, certains éleveurs bovins alimentent leur bétail avec des bonbons pour faire des économies et engraisser l'animal plus rapidement. Plus inquiétant encore, certains bonbons seraient donnés aux vaches dans leur emballage. Enlever les matières plastiques étant peut-être considéré comme une perte de temps lorsque l’on connaît l’efficacité du système digestif des ruminants.source

Pendant un certain nombre d'années, les États-Unis et l'Europe ont progressivement mis en place des règlements pour:

soutenir et promouvoir des aliments de qualité et d'encourager la production locale.

Ces mesures sont en partie responsables de la sécurité alimentaire dans nos pays.

Cependant, à l'heure actuelle, les États-Unis et la Commission européenne

préparent un accord visant à abolir toutes ces protections.

Ce partenariat commercial et les investissements transatlantiques (TTIP) est aussi appelé

TAFTA, Accord de libre-échange transatlantique.

groupes industriels américains et européens seront en mesure d'inonder

les consommateurs avec des produits dont nous ne connaissons pas l'origine ni la

conditions sociales de production, et peut-être dangereux pour la santé.

Votre santé.

L'objectif est clairement de promouvoir l'agro-industrie, sans se soucier des conséquences.

Nous faisons le choix délibéré de supprimer des milliers d'emplois, en particulier parmi les

agriculteurs, pour vider la campagne pour combler les villes.

Et aussi endommager la qualité du sol,

de menacer la capacité des nations à nourrir leur propre population.

Et pour ce faire, nous avons besoin d'outils appropriés.

Comme de nombreux accords de libre-échange, TAFTA exigera un tribunal de commerce

qui définit les entreprises multinationales et les États sur un pied d'égalité.

Ce genre de tribunal a permis au cigaretier Philip Morris de poursuivre

Australie, parce que l'Etat avait décidé de faire une campagne anti-tabac.

Si TAFTA est acceptée,

nous ne serons plus en mesure de nous opposer aux OGM.

C'est la démocratie ici qui est menacée.

Un maire ne pourra plus decider de fournir la cantine de sa ville avec des produits locaux  

à cause des soi-disant "distorsion de concurrence".

Nous ne pourrons plus choisir des agricultures de proximité

celles qui permettent de protéger les ressources en eau ou la biodiversité,

celles qui stimulent l'emploi et assurer la qualité des aliments.

votre alimentation.

Des citoyens ont déjà réussi à bloquer des accords similaires.

Nous pouvons le faire aussi.

Donc, nous allons le faire, nous allons prendre des mesures.

Agir dès maintenant.

Partager cet article
Repost0

Survolez la planète Cérès grâce à la sonde Dawn

Publié le par MrStrange49

Une nouvelle animation colorée montre un vol simulé sur la surface de la planète naine Cérès, basée sur des images de la sonde Dawn de la NASA.

Le film montre Ceres en couleur améliorée, ce qui permet de mettre en évidence des différences subtiles dans l'apparence des matériaux de surface. Les scientifiques croient que les zones avec des nuances de bleu contiennent plus jeune, plus fraîche matériel, y compris les flux, puits et fissures.

Le vol d'animation sur Ceres souligne les cratères les plus importants, tels que Occator, et le Tall, la montagne conique Ahuna Mons. Ces caractéristiques sur Ceres sont nommés par des divinités et des esprits terrestres agricoles, des festivals de divinités.

Le film a été produit par les membres de l'équipe de caméra de cadrage de Dawn au Centre aérospatial allemand, DLR, en utilisant des images de haute altitude de l'orbite de la cartographie de Dawn. Au cours de cette phase de la mission, qui a duré d'Août à Octobre 2015, le vaisseau spatial encerclé Ceres à une altitude d'environ 900 miles (1.450 kilomètres).

images de Ceres

"Le survol simulé montre le large éventail de formes de cratères que nous avons rencontrés sur Ceres. Le spectateur peut observer les parois abruptes du cratère Occator, ainsi que Dantu et Yalode, où les cratères sont beaucoup plus plat», a déclaré Ralf Jaumann, un scientifique de la mission aube  au DLR.

Dawn est la première mission à visiter Cérès, le plus grand objet dans la ceinture principale d'astéroïdes entre Mars et Jupiter. Après l'orbite de l'astéroïde Vesta pendant 14 mois en 2011 et 2012, Aube est arrivé à Ceres en Mars 2015. Le vaisseau spatial est actuellement dans sa dernière et la plus basse orbite de la cartographie, à environ 240 miles (385 kilomètres) de la surface.

source

 

Publié dans Espace

Partager cet article
Repost0

Quel nouvel Emile Zola va nous conter le nouveau germinal que le gouvernement hollande est entrain de construire

Publié le par MrStrange49

Découvrez la Loi Travail de 1848, la grande soeur de loi El Khomri
Quel nouvel Emile Zola va nous conter le nouveau germinal que le gouvernement hollande est entrain de construire

Découvrez la Loi Travail de 1848, la grande soeur de loi El Khomri

 

Pour comparer, reprenons un vieux texte du XIXe siècle, époque de l'industrialisation massive et marque du tayorisme et relisons la Loi Travail de 1848. Il est assez impressionnant de retrouver les mêmes idées que celle que veut nous pondre la Ministre du Travail Madame El'Khomri, ce pourquoi on voit en elle comme sa grande soeur.  Nous vous laissons juger l'incroyable retour en arrière.
Où sont passé les vrais socialistes, disparus ? envolés, évaporés 
A lire ci-dessous dans sa totalité.
http://archives.cg37.fr/UploadFile/GED/Archives1800-1940/1214461542.pdf
 
 
 
Quel nouvel Emile Zola va nous conter le nouveau germinal que le gouvernement hollande est entrain de construire

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

Traversé d'un nuage chaud cosmique = Changement climatique terrestre «VS» PLANETE X imminente

Publié le par MrStrange49

L'ensemble du système solaire - pas seulement notre petite planète - est actuellement en cours de profonds changements physiques jamais vus auparavant. 

Voici quelques faits saillants:

Sun: Plus d' activité depuis 1940 que dans les précédents 1150 ans

Mercury: la glace polaire inattendue découvert, avec un étonnamment fort champ magnétique intrinsèque ... pour une planète prétendument "mort"

Venus: augmentation de 2500% de la luminosité aurorale, et les changements atmosphériques mondiales de fond en moins de 30 ans

Terre: Changements climatiques importants et évidents dans le monde entier et en géophysiques

Mars: "Réchauffement de la planète," d' énormes tempêtes, disparition des calottes polaires

Jupiter: augmentation de plus de 200% de luminosité de entourant les nuages ​​de plasma

Saturne: diminution majeure en équatoriales des vitesses de jet stream en seulement ~ 20 ans, accompagné de surtension surprenante de rayons X de l' équateur

Uranus: "Vraiment grand, de grands changements" dans la luminosité, augmentation de l' activité globale des nuages

Neptune: augmentation de 40% de la luminosité atmosphérique

Pluton: augmentation de 300% de la pression atmosphérique, alors même que Pluton s'éloigne du Soleil

Aucune de ces statistiques sont des scientifiques «marginaux»; ils sont tous très, très réel, et ce que vous venez de lire n'est que la partie visible «de l'iceberg." source

Une fusée-sonde de la NASA a confirmé que le système solaire est à l'intérieur d'un ancien reste de supernova. La vie sur Terre a survécu malgré la proximité.

Un événement de supernova n'est pas une "explosion mécanique", mais une décharge électromagnétique qui peut se produire plusieurs fois de suite.

Que nous explique la NASA dans cette vidéo :

 « Preuves de  Supernovas proches de la terre » ???

Hé bien tout simplement qu’il existe des réminiscences d’explosion de supernovas à proximité de la terre .

En explosant , les supernovas émettent un nuage de gaz chaud, qui vient s’engouffrer dans le système solaire, créant un réchauffement de ce dernier, tout simplement .

Et ça arrive assez souvent selon eux :

« une fois tout les 50 ans, une massive supernova explose à proximité, dans la voie lactée , et là le flux d’énergie est si puissant que à son pic, l’explosion peut emplir tout le système solaire »

Et nous le savons car l’explosion à créé une bulle, et nous somme encore dedans (« bulle locale, voir photo ci dessous), qui mesure 300 années lumière de large « 

Cette bulle est trés chaude, 1 million de degrés .

Avec le temps la ‘bulle se refroidit’. Alors la NASA ne dit pas explicitement que c’est la cause du réchauffement du système solaire, (ni même qu’il se réchauffe ..) mais ils relayent cette découverte qui offre une explication au réchauffement du  système solaire : les supernovas. SOURCE

 

Traversé d'un nuage chaud cosmique = Changement climatique terrestre «VS» PLANETE X imminente

 « Et nous avons des preuves que non seulement une, mais plusieurs ont explosé il y a 10 millions d’années, comme du pop corn »SOURCE

Traversé d'un nuage chaud cosmique = Changement climatique terrestre «VS» PLANETE X imminente

Le climat change sur Terre on nous bassine avec le réchauffement climatique, mais ces changements sont plus rapides que les experts climatiques ne le clament. Pourquoi?

 

Les tremblements de terre de M.6 et plus sont en augmentations. Pourquoi? source

Des nuages de plus en plus bizarres apparaissent dans nos cieux. Pourquoi? source

Les volcans tous les jours plus nombreux à entrer en éruption. Pourquoi? source

Beaucoup d'animaux marins meurent tous les jours. Pourquoi?

source

Une raison pourrait expliquer les événements actuel.

Cela pourrait-être cette fameuse planète X. 

http://mrstrange49.over-blog.com/2016/02/petit-point-sur-la-position-de-la-planete-x-selon-gill-broussard.html

Publié dans Espace

Partager cet article
Repost0

Un météore plus gros que celui de Tcheliabinsk est tombé dans l'Atlantique sud sans qu'aucun chercheur ne s'en aperçoive!

Publié le par MrStrange49

https://bengarno.wordpress.com/2016/02/18/pluie-de-meteorites/

Le 6 février, à environ 14h00 UTC, un petit morceau de matière interplanétaire a plongé dans l'atmosphère terrestre et brûla-susceptibles d'exploser-environ à 30 kilomètres au-dessus de l'océan Atlantique. L'énergie libérée est équivalente à l'explosion de 13.000 tonnes de TNT, ce qui en fait le plus grand tel événement depuis le celle de  Chelyabinsk blast en February 2013.

OK, donc d'abord : Première chose: ne paniquez pas! En matière d'impact, celui-ci restait plutôt modeste.  Après tout, vous n'en avez pas encore entendu parler dans les médias au plus des semaines après l'accident. Les événements de cette taille ne sont pas une trop grosse préoccupation. Si c'était arrivé sur une zone peuplée il, aurait secoué certaines fenêtres et probablement effrayé beaucoup de gens, mais je ne pense pas que cela aurait fait une de réelle domage.Pour, l'explosion Chelyabinsk, qui était assez fort pour briser les fenêtres et blessant plus de 1000 personnes (en raison des éclats de verre), a eu un rendement équivalent de 500.000 tonnes de TNT, 40 fois l'énergie de cette plus récente manifestation impact.Il a été rapporté sur le site de la NASA / JPL objets géocroiseurs la page Fireball .

Un peu d'histoire: La Terre est bombardée par des débris de l'espace pour une quantité d'environ 100 tonnes par jour. La plupart de ces débris dont assez petits, comme de la taille d'un grain de sable ou moins, et brûle jusqu'à 100 kilomètres ou plus du sol. Nous appelons le peu solide de débris d'un météorite, le phénomène lumineux un météore, et, si elle touche le sol, une météorite.

Si le bolide est de plus grande taille, il peut aller plus profondément dans notre atmosphère avant de brûler vers le haut. Se déplaçant à des vitesses orbitales, ils peuvent entrer dans notre atmosphère à partir de environ 10-100 kilomètres par seconde. A titre de comparaison, une balle de fusil typique se déplace à 1 kps. Comme ils fonce dans l'air, ils compriment le gaz en face d'eux violemment, le réchauffer. Ceci à son tour réchauffe le météorite, qui commence à briller. Le matériel peut se vaporiser et souffler (ce qu'on appelle "l'ablation"), et le plus souvent en quelques secondes la météorite est soit tellement diminué qu'il ne brille, ou il se vaporise entièrement.

Si elle est beaucoup plus grande,quelques centimètres ou plus de diamètre, il peut commencer à se désintégrer, l'air devant lui confère une énorme pression sur elle. Elle s'aplatit (appelé "pancaking") et se décompose. Maintenant, nous avons plusieurs petits morceaux, et chacun commence à brûler; l'augmentation de la surface signifie plus de chauffage et  d'incandescence, alors ces pièces se séparent et deviennent plus petits, et vous obtenez une cascade d'emballement. Cela se produit très rapidement sur une échelle de temps humaine; l'astéroïde Chelyabinsk c'est rompu comme il est venu à ce qui a été considéré comme une série d'impulsions très lumineuse de lumière. Il peut arriver si rapidement qu'il peut aussi bien provoquer une explosion, une énorme quantité d'énergie libérée à la fin. En fin de compte, l'immense énergie du mouvement (le «énergie cinétique») est convertie en lumière et de la chaleur (et aussi pour briser la météorite).

Un météore plus gros que celui de Tcheliabinsk est tombé dans l'Atlantique sud sans qu'aucun chercheur ne s'en aperçoive!

Compte tenu de l'énergie explosive du 6 février le météorite si il était fait de roche comme l'astéroïde Chelyabinsk alors il était à peu près de 5-7 mètres de diamètre, de la taille d'un grand salon, juste pour dire. J'ai calculé  en comparaison directe avec Chelyabinsk: Nous savons qu'il était constitué de rocher et d'environ 19 mètres de diamètre; L'énergie libérée par échelles  et que la masse augmente avec son rayon en cube pour une sphère. Donc, tout cela est approximatif avec quelques suppositions, mais c'est probablement proche.

Ça aurait été un spectacle dramatique pour dire le moins. Mais, il est arrivé environ à 1.000 kilomètres au large de la côte du Brésil, ESE de Rio de Janeiro. Voilà assez loin sur l'océan et qu'il est peu probable que quiconque l'ai vu. Alors, comment savons-nous à son sujet?

Bonne question. Le rapport est venu pour les gens JPL via le gouvernement des Etats-Unis; comme vous pouvez l'imaginer, différentes armes de l'armée sont curieuses pour les effets d'explosions atmosphériques. Cependant, pas beaucoup d'informations est révélée par la source; Juste le temps, direction, puissance explosive, et des choses comme ça. Je peux penser à trois façons de détecter une grosse boule de feu dans ce cas: observations par satellite, ce qui serait l'image directement; moniteurs sismiques, qui peuvent détecter l'explosion que l'onde sonore de l'explosion se déplace à travers le sol; et microphones atmosphériques, qui peuvent détecter l'infrasons en grande longueur d'onde d'un événement. Cela peut avoir été détecté par une combinaison de ces (bien que depuis qu'il était sur l'océan ouvert, moniteurs sismiques vu peu probable).

localisation de l'événement. Il était assez loin sur l'eau.

La Terre étant, rappelons-le, couverte à 70% d'eau, ce genre d'événements passe souvent inaperçu: Phil Plait explique que la Nasa reçoit les informations sur ces explosions du gouvernement américain, grâce à ses dispositifs de surveillance multiples (observations satellite, détecteurs sismiques, micros atmosphériques...)

Tip o 'Bouclier de Whipple à Ron Baalke

source

 

Publié dans Espace

Partager cet article
Repost0

la Californie s'est affaissée de 9 mètres en 50 ans elle risque de finir comme dans les films catastrosphes par un big one

Publié le par MrStrange49

Une équipe de France 2 s'est rendue en Californie où les sols s'affaissent à cause du pompage des eaux en sous-sol.

La Californie s'enfonce, irrémédiablement. En cause ? Le pompage des eaux en sous-sols à cause de la sécheresse. Afin d'irriguer les cultures, les sols de l'état américain sont forés en profondeur. Sans forage, il n'y aurait plus d'agriculture. Ces forages intensifs provoquent l'affaissement des sols. "L'eau est devenue tellement rare que les exploitants vont la puiser "non pas dans la nappe phréatique, mais dans des nappes souterraines bien plus profondes, enrichies à l'époque de l'âge de glace", explique le journaliste de France 2 Jacques Cardoze.

"L'agriculture, c'est foutu ici"

En quatre ans, selon les images réalisées par un drone au-dessus de cultures d'oranges et de pistaches, les sols se sont affaissés de 35 à 70 centimètres. Ailleurs dans la région, ce sont des craquements et des fissures qui apparaissent dans les maisons.
Bille de Groot est agriculteur, mais a décidé de laisser ses terres en jachère, pour les protéger. "De toute façon, l'agriculture c'est foutu ici, c'est fini". Aux États-Unis, l'enjeu est considérable, la moitié des fruits et légumes est en Californie.

source

Les aquifères

Au Canada, comme ailleurs, la presque totalité des réserves mondiales en eau potable est invisible. Contrairement aux idées reçues, l’eau souterraine ne se présente pas sous la forme de lacs et de rivières. La Terre stocke cette eau dans une formation géologique nommée aquifère.

Infographie : Christian Goupil

À la fonte de la neige et après la pluie, l’eau amorce un voyage. Elle rencontre différentes couches géologiques pour finalement aboutir dans les interstices des roches poreuses. Le voyage de l’eau s’étire sur des dizaines de kilomètres et dure en moyenne 1000 ans.

Pour satisfaire sa soif, l'homme y puise son eau. Le problème, c’est qu’il siphonne démesurément les aquifères.Trente-sept des plus grands aquifères de la planète sont surutilisés. Les aquifères américains sont tous sous pression, tandis qu’au Canada, ils se portent plutôt bien.

Si l’homme pompe l’aquifère plus rapidement qu’il ne se recharge, l’aquifère se vide et le sol au-dessus s’affaisse. C’est d’ailleurs ce qui se passe actuellement en Californie. Sur des dizaines de kilomètres, le sol s’affaisse jusqu’à cinq centimètres par mois.

Infographie : Christian Goupil

Dans cet État américain, le sol s'affaisse depuis des décennies. Les affiches sur ce poteau indiquent qu’en 50 ans, le terrain de la vallée s’est affaissé de 9 mètres. Aujourd’hui, la descente continue à une vitesse folle.

L’effondrement d’un aquifère ne cause pas que des problèmes géologiques ou matériels, il se traduit aussi par une diminution nette des ressources en eau.

« Et dans ce cas-là, c'est terminé. C'est-à-dire que le stock n'existe plus, il n'y a plus moyen de le remplir. Une fois que ces aquifères sont effondrés, il n’y a plus rien à faire, c'est terminé. Il n'y a plus de réserve d'eau. On ne peut plus les recharger. »

Cédric David, spécialiste de la modélisation hydrologique au Jet Propulsion Laboratory de la NASA

source

Big One : pourquoi le séisme prévu en Californie sera vraiment digne d'un film catastrophe
 

Sans prévenir, la faille de San Andreas finit par lâcher et déclenche le très redouté Big One, c’est-à-dire un tremblement de terre de niveau 9 sur l'échelle de Richter qui en compte 10. Le véritable problème des Californiens, c'est que ce Big One finira par arriver, un jour ou l'autre. Et peut-être plus vite qu'on ne le pense.
Pour comprendre, il faut d'abord remettre la faille de San Andreas à sa place. Située le long de la côte californienne, elle sépare la plaque du Pacifique de la plaque américaine, à l'intérieur des terres. Longue de 1300 kilomètres de long,  elle est divisée en plusieurs secteurs. Le plus célèbre est la section nord. C'est elle qui a provoqué le séisme de 1906, d'une magnitude  de 8,2 et qui a détruit San Francisco le 18 avril de cette année. Un tel séisme se déroulant environ tous les cent ans, il y a 62% de chances pour qu'un nouveau se produise avant 2032… D'ailleurs, une série de petits séismes ont été ressenti en mars 2014 et pourrait être le signe de l'arrivée d'un monstre tellurique.
 
Deux récentes études livrent un bilan inquiétant de l'activité sismique au large des îles Aléoutiennes. Selon les scientifiques, la Californie et Hawaii sont directement en danger.
 
la Californie s'est affaissée de 9 mètres en 50 ans elle risque de finir comme dans les films catastrosphes par un big one

Mais ce qu’ont découvert les scientifiques paraît encore plus inquiétant. Pour le géophysicien John Miller de l’US Geological Survey, la situation actuelle est trop calme et manque de petits tremblements de terre qui soulage l’activité des plaques terrestres. Or «ce calme suggère la création d’une énorme tension».

Surtout, selon le scientifique, au vu de la situation actuelle, si un tremblement de terre a lieu, un tsunami pourrait directement prendre la direction du littoral californien. «Ce dernier grand tremblement de terre a eu lieu il y a 227 ans, et ils ont en général lieu tous les 180 à 270 ans», affirme le géophysicien. «Il y donc la possibilité d’un tremblement de terre majeur dans la zone des îles Aléoutiennes à tout moment. Et le public doit être conscient que les tsunamis de cette ampleur peuvent se produire».  

L’autre équipe de scientifiques, qui étudiait une autre zone des fonds marins des îles Aléoutiennes est arrivée pratiquement à la même conclusion. Sauf que pour eux, un autre tsunami, tout aussi puissant, peut menacer les îles Hawaii. Pour ce second scientifique, Rob Witter, ces études doivent inciter les villes américaines à «pratiquer un plan d’évacuation sérieux. Car un tsunami pourrait se produire. Il pourrait arriver demain.» 

source

Publié dans Catastrophe

Partager cet article
Repost0

OVNIS OU ENGINS SECRETS MILITAIRES ??????

Publié le par MrStrange49

 

www.facebook.com/donald.j.potts

Posté par MrStrange49 sur mercredi 17 fevrier 2016
 

www.facebook.com/donald.j.potts

Posté par MrStrange49 sur mercredi 17 fevrier 2016

A vous de juger

Publié dans Ovnis

Partager cet article
Repost0

Pour vôtre santé soyez vigilants voici la liste des entreprises qui utilisent des produits de Monsanto...

Publié le par MrStrange49

Publié dans Santé

Partager cet article
Repost0

Arctique Ozone Bulletin: 2016 trou dans la couche d'ozone

Publié le par MrStrange49

Vive la COP21 pompe à fric qui ne sert encore à rien. 

Des températures suffisamment froides pour la formation d'acide nitrique de trihydrate (NAT),des nuages ​​existent depuis le début de Décembre, sur toute la zone de la région avec des températures inférieures à la température de formation du NAT qui a augmenté rapidement au cours des premières semaines de Décembre.Les données de la NASA montrent que du 26 Décembre jusqu'à présent (22 Janvier 2016), Le NAT qui est à la surface de la région isentropique 460 K a été supérieure à une année au cours de la période 1978/1979 - 2014/2015. source

Publié dans climat

Partager cet article
Repost0

1 2 3 > >>