Les secours sont-ils gratuits en France ?

Publié le par MrStrange49

Non les secours ne sont pas gratuit en France en 2016. Donc si vous n'avez pas de gros revenus et une couverture sociale très basse pour ne pas endetter votre conjoint ou vos enfants éviter de faire appel aux S.A.M.U et aux pompiers. Je parle de cela étant moi même malade de l'amiante, et bientôt en fin de vie, de plus j'ai mon nombre de trimestre pour la retraite mais ayant percu l'allocation de l'amiante je n'aurai droit qu'a une retraite à taux plein à 50% ce qui veut dire dans les milles Euros par mois. Donc je n'aurai qu'une mutelle minable qui ne permettra pas de pouvoir appeler le S.A.M.U même si je suis en détresse respiratoire absolue.

Au risque de surprendre plus d’une personne, aujourd’hui, seuls les Sapeurs-Pompiers offrent la gratuité pour les secours d’urgence… et pour les secours d’urgence uniquement, car désormais, pour les interventions ne relevant pas de leurs compétences, ou étant jugées abusives, une facture forfaitaire peut alors être présentée au requérant.

(essaim de guêpes).

Tous les autres services de secours sont payants. Sur ce sujet un véritable flou existe. Le déplacement d’une équipe du SAMU par exemple, sera facturée à la demi-heure de 0 à 2400 euros suivant les départements. Dans ce cas, généralement, l’hôpital gère directement avec l’assurance maladie et les mutuelles pour le paiement de la note, mais il peut s’avérer, dans le cas d’une mauvaise couverture sociale que le patient reçoive directement la demande de paiementdans le cas du décès du patient, la facture peut être présentée à la famille (Mon cas). Quand les équipes du SAMU interviennent en complément des sapeurs-pompiers, la règle est évidemment la même, une facture peut être émise de la part du trésor public au patient. La somme peut vite être importante aux vues des gestes entrepris par le médecin, ainsi que des médicaments consommés sur l’intervention.

Deux autres services d’urgence « gratuits & payants » sont le sauvetage en mer et le secours en montagne. Ces services sont généralement gratuits pour la victime, car pris en charge en totalité par les municipalités, ou bien au niveau régional. En montagne, certaines communes commencent toutefois à facturer les « victimes » pour éviter certains abus. Dans le cas du sauvetage en mer, le sauvetage des personnes est « gratuit », mais la sauvegarde des biens (remorquage d’embarcations, etc.) sera toujours facturée au capitaine de l’embarcation.

Ensuite, pour poursuivre, les secours privés, qui sont par exemple les pisteurs secouriste en montagne lors des sports d’hiver, seront en totalité payants pour l’accidenté, sauf dans le cas d’assurance spécifique prise avec les forfaits de remontées mécaniques, où avec sa mutuelle privée.

En conclusion, pour les cas d’urgences :
– Sapeurs-Pompiers : gratuit sauf abus, coût pris en charge par l’Etat
– Secours en montagne : gratuit sauf abus, prestation facturée à la municipalité/région
– Sauvetage en mer : gratuit pour la personne, payant pour l’embarcation
– SAMU : payant, généralement remboursé par l’Assurance Maladie & les mutuelles

source

Chiffres clés

La Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC) du ministère de l'Intérieur publie chaque année les statistiques les plus complètes sur les sapeurs-pompiers et les services d'incendie et de secours. Retrouvez ci-dessous les chiffres clés extrait du document, "Les statistiques des services d'incendie et de secours - Edition 2015" portant sur l'année 2014.

Les actions

En 2014, les sapeurs-pompiers ont effectué plus de 4.294.400 interventions :

  • 270.900 incendies (-4%)
  • 279.500 accidents de la circulation (-3%)
  • 3.248.900 secours à victime (+1%)
  • 51.900 risques technologiques (-3%)
  • 443.300 opérations diverses (-5%)

Soit 11.769 interventions par jour (1 intervention toutes les 7,3 secondes) pour 3,4 millions de victimes prises en charge chaque année.

Nota : Les chiffres suivants tiennent compte des actions des sapeurs-pompiers militaires : brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) et le bataillon des marins pompiers de Marseille (BMPM).

Les personnels

L’effectif des sapeurs-pompiers est de 246.900 dont :

  • 40.800 sapeurs-pompiers professionnels (17%)
  • 193.800 sapeurs-pompiers volontaires (78%)
  • 12.300 militaires (5%)

Le nombre de jeunes sapeurs-pompiers (JSP) et de cadets est de 27.800.

Les personnels administratifs et techniques (PATS) sont 11.300.

Il y a 34.182 femmes sapeurs-pompiers, soit 1 sapeur-pompier sur 7. Les femmes représentent 14 % des sapeurs-pompiers civils.

Les moyens

Le budget en global des SDIS est de 4.927 M€.

Ce budget est réparti de la manière suivante :

  • 4.091 M€ en fonctionnement
  • 836 M€ en investissement

Les services départementaux d'incendie et de secours (SDIS) sont financés à hauteur de 4.376 M€ : 57% par les conseils généraux, 43% par les communes et établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). (Source : compte de gestion 2013)

Sur le plan national, les SDIS disposent de :

  • 6.164 véhicules de secours et d'assistance aux victimes (VSAV)
  • 4.037 fourgons pompe tonne (FPT)
  • 4.131 camions citerne feux de forêt (CCF)
  • 1.204 mâts élévateurs articulés (MEA)

 

L’organisation

  • 20.390.700 d'appels : 59% d’appels au 18 et 41% d’appels au 112.
  • 7.015 centres d'incendie et de secours en France (dont BSPP et BMPM) dont :      
    • 332 centres de secours principaux (CSP)
    • 2.773 centres de secours (CS)
    • 2.633 centres de première intervention (CPI) intégrés
    • 1.277 centres de première intervention (CPI) non intégrés
  • 1.523.087 jours de formation

L'ensemble des statistiques 2015, portant sur l'année 2014, est disponible sur le site de la DGSCGC.

source

Publié dans Santé