Théorie du compagnon binaire et des planètes X

Publié le par MrStrange49

Théorie du compagnon binaire

Des chercheurs de l'IRB ont remarqué un certain nombre de problèmes liés à la théorie actuelle de la précession. Alors que le VLBI, la télémétrie laser et d'autres technologies connexes font un bon travail à déterminer l'orientation de la terre, le mouvement du soleil dans l'espace n'a pas été coordonnée avec ces conclusions résultant un biais involontaire des entrées de précession. En examinant le phénomène de la précession de l'équinoxe (qui a donné l'impulsion initiale pour le développement de la théorie de la précession luni-solaire), nous avons trouvé qu'un modèle de système solaire mobile est un moyen plus simple que de reproduire le même observable sans aucun des problèmes associés à un courant de théorie de la précession. En effet, les équations d'orbite elliptique ont été trouvés à être un meilleur prédicteur des taux de précession que la formule de Newcomb, montrant une précision beaucoup plus grande au cours des cent dernières années. En outre, un modèle du système solaire se déplaçant semble résoudre un certain nombre de problèmes de la théorie solaires sur la formation du système, y compris le manque de moment angulaire du soleil. Pour ces raisons, l'IRB a conclu que notre soleil est une partie la plus probable d'un système binaire à long cycle.

Un système binaire est deux étoiles gravitationnellement liés orbite autour d'un centre de masse commun. Les étoiles peuvent être identiques ou de différentes tailles et des orbites peuvent être aussi court que de quelques jours ou aussi avoir un cycle de milliers d'années. Les courts sont faciles à détecter, les longues difficile, certains probablement impossible à détecter en raison de la période d'observation très longue nécessaire.

Bien qu'il n'y ait pas d'étoile compagnon visible évidente à notre Soleil, il pourrait y avoir un compagnon binaire sombre, comme une naine brune ou éventuellement un petit trou noir, quoi que se soit ce pourrait être très difficile à détecter, sans analyse précise et de longue haleine. Il y a aussi la possibilité que notre soleil pourrait être dans une relation binaire ou gravitationnelle complexe avec une ou plusieurs étoiles proches "visibles". Ce scénario peut exiger à penser au-delà de la dynamique Newtonienne standards et à adopter M:O:N:D; Dynamique Newtonienne Modifiée ou STVG désormais appelée  M:O:G: en français gravité modifiée ou une théorie similaire (qui suggère que la constante de G pourrait être plus forte entre les objets stellaires qu'entre objets planétaires dans le système solaire).

 

Il pourrait y avoir de nombreux types de masses inconnus et non identifiés qui pourraient causer à notre système solaire une courbure dans l'espace, y compris l'amas stellaire local et même le centre galactique à un faible degré, chacun produisant un petit effet dans la précession totale observable. Par conséquent, à ce stade, notre travail est principalement axé sur la compréhension de la précession observable et ses nuances que la signature probable de vitesse angulaire de notre système solaire autour de certains centre de masse commun. Nous croyons que cette approche d'analyse de la précession observable (du soleil en mouvement par rapport aux étoiles fixes vu de la Terre) fournira des données précieuses et utiles concernant un compagnon stellaire le plus probable du soleil (si il existe).

En résumé, au-delà de la détection directe - une façon de déterminer si nous sommes dans un système d'étoile binaire ou multiple est de voir si le Soleil est incurvé à travers l'espace. Pour nous sur Terre ce qui signifie que nous devrions connaître un progressif "changement d'orientation à l'espace inertiel." Un tel phénomène est observé que lors de la précession des équinoxes.

source:

http://www.binaryresearchinstitute.org/bri/research/introduction/theory.shtml

Une équipe texane a découvert une étoile qui provient de la même nébuleuse solaire que notre Soleil. Les chercheurs tentent à présent d'y détecter la présence d'exoplanètes rocheuses et de trouver d'autres étoiles de la même lignée.

 

Émouvantes retrouvailles cosmiques en perspective, notre Soleil a un frère ! Une équipe de l’université du Texas à Austin a en effet découvert une étoile qui a été formée dans le même nuage de gaz et de poussière que notre bon vieil astre solaire. Ces travaux seront publiés le 1 juin dans la revue scientifique The Astrophysical Journal. Cette découverte n’est pas une simple fantaisie de généalogie cosmique, mieux connaitre les étoiles qui se sont formées en même temps que notre soleil pourrait nous livrer une foule d’informations sur l’apparition de ce dernier. Située à 110 années lumières de nous, l’étoile est tout de même 15% plus massive que notre Soleil. Elle n’est pas visible à l’œil nu, mais l’appareillage le plus simple suffit à l’observer près de Véga.

source:

http://www.maxisciences.com/soleil/hd-162826-le-frere-cache-du-soleil-decouvert-a-110-annees-lumiere-de-nous_art32572.html

Publié dans Espace