Volcan Bardarbunga (Bárðarbunga): un point sur la situation (mis à jour 21 août, 07h35)

Publié le par MrStrange49

Le plus important d'abords: la crise sismique se poursuit mais aucune éruption n'a démarré. Malgré tout des conséquences sont déjà enregistrées: le traumatisme laissé par l'éruption de l'Eyjafjöll (qui, il faut le savoir, était modérée) a provoqué une baisse de la valeur de l'action d'Icelandair, compagnie aérienne Islandaise. Comme quoi...
Mais revenons à des informations plus factuelles et centrées sur la situation concrète.
 
Côté volcan d'abords: l'essentiel de l'essaim de secousses est maintenant restreint à la zone située à l'est de la caldera du Bárðarbunga. Une toute petite zone active est aussi présente juste au nord de celle-ci mais la seconde plus importantes zone de secousses de cet essaim, proche du massif du Kistufell, s'est rapidement arrêtée le 18 août
après un séisme de magnitude 4.5, ressenti jusqu'à Akureyri (150 km au nord-est). Plus aucune secousse ne s'y est produit depuis ce jour-là.
 


Read more: http://laculturevolcan.blogspot.com/2014/08/volcan-bardarbunga-bararbunga-un-point.html#ixzz3B0FDKtAW

Pour le moment la sismicité reste confinée à une profondeur comprise entre 5 et 12 km, avec quelques rares exceptions en dehors de cette zone. Puisque aucune sismicité ne se dirige vers la surface, cela veut dire que le magma reste pour l'instant piégé en profondeur. Mais il ne reste pas statique: les foyers des secousses se sont déplacé vers le nord-est à une vitesse moyenne estimée à environ 1000 m par jour, surtout entre les 16 et 18 août. On assiste ici, sans nul doute, à la propagation d'un filon (ou d'une série de filons) de magma, que les volcanologues appellent "dyke". Sa propagation est bien visible sur cette animation.

Depuis hier toutefois c'est globalement toujours la même zone qui est affectée par la sismicité: le dyke ne semble donc plus tellement se propager pour le moment.
Si vous n'arrivez pas à vous représenter à quoi peut ressembler un dyke, voici ci-dessous un exemple, dégagé par l'érosion, et visible en Auvergne: la dent de la Rancune, dans le massif du Sancy. Il faut s'imaginer que ce mur fut, avant d'être dégagé par un glacier, à quelques centaines de mètres sous terre (il ne faut pas oublier non plus qu'il ne s'agit que d'un fragment du dyke entier: la majorité a été détruite par l'érosion).
 

Read more: http://laculturevolcan.blogspot.com/2014/08/volcan-bardarbunga-bararbunga-un-point.html#ixzz3B0FWB0Be
Pour en revenir à du volcanisme un peu plus actif, le filon de magma reste donc coincé en profondeur actuellement. Les mesures de la déformation du sol, mesurées grâce au réseau de GPS, ont permis aux volcanologues d'avoir une estimation du volume de magma qui est en train de se mettre en place: le chiffre de 80 à 90 millions de mètre-cubes est évoqué pour expliquer cette déformation. Mais cette valeur sera vraisemblablement affinée par la suite, lorsqu'il y aura plus de données.
 
Mais si il n'est pas certain qu'une éruption démarre, rien n'exclue non plus l'inverse. En conséquence les mesures d'évacuation et de fermeture de toute la zone située au nord du glacier Vatnajökull sont fermées.
On peut même lire sur l'excellent post que John Stevenson, post-doctorant à l'Université d'Edimburgh, à mis en ligne aujourd'hui, qu'en traçant les portables repérés par les antennes relai installées sur le territoire, les autorités avaient pu envoyer par sms une alerte à tous les téléphones présents (et allumés) dans la zone afin de leur demander d'évacuer.
De l'utilisation pratique et (surtout) à bon escient de la technologie...


Read more: http://laculturevolcan.blogspot.com/2014/08/volcan-bardarbunga-bararbunga-un-point.html#ixzz3B0FjMSbi
source:

http://laculturevolcan.blogspot.fr/2014/08/volcan-bardarbunga-bararbunga-un-point.html

Publié dans Catastrophe