Acheter des appartements pour les sans-abris grâce au financement participatif : Toit à moi à Nantes

Publié le par MrStrange49

D’un côté, des appartements vides. De l’autre, des personnes sans abris. C’est face à ce paradoxe que Denis et Gwenaël, deux Nantais, ont décidé d’agir : ils proposent à ceux qui ont de l’argent d’acheter à plusieurs des appartements, mis ensuite à la disposition de particuliers ou de familles. Du crowdfunding appliqué au logement, avec un accompagnement individualisé des bénéficiaires. L’initiative est pilotée par une association, Toit à Moi. Reportage.

La problématique des sans-abris a toujours touché Denis. Persuadé qu’il est possible d’agir et de trouver des solutions, il réfléchit à un moyen d’action réel à mettre en place. Il pense tout d’abord alerter l’opinion et partager son indignation en réalisant un documentaire. Avec l’objectif de profiter de sa diffusion pour récolter des fonds, à la manière d’un téléthon. Il débute ce projet, en écrivant un premier synopsis, avant de se rendre compte qu’il souhaite agir de manière plus concrète.

C’est en 2007, en passant devant une agence immobilière, que Denis a ce premier déclic : « Les appartements vides existent. Ils sont ici. Il faut simplement trouver un moyen de les acheter ». La solution : utiliser le principe du crowdfunding, financement participatif, encore peu populaire à l’époque. Il se met à griffonner, à calculer. Ses résultats lui paraissent une évidence : « Ça me semblait très simple ! Nous sommes si nombreux à être indignés de voir tant de sans-abris, il suffit que nous soyons 80 pour acheter un appartement. Seulement 80... ».

 

 

 

 

Le principe est tellement simple que Denis convainc facilement Gwenaël, son collègue de travail. Ils se lancent dans l’aventure. Et distribuent des milliers de flyers dans les rues nantaises pour trouver les 80 parrains nécessaires. Le résultat est peu concluant…

Convaincus de la pertinence de leur projet, ils décident de continuer. A travers leurs réseaux personnels et professionnels, ils constituent une première équipe d’une trentaine de parrains. Et en 2008, un premier appartement est acheté.

Pour voir la suite du reportage (photos, interviews, vidéos).


Reportage réalisé par le site SideWays, web-série documentaire présentant des initiatives solidaires, positives et originales, qui sont « des idées pionnières ou bien des remèdes au système actuel, dans lequel de moins en moins de personnes se retrouvent », expliquent les initiateurs du projet, Hélène Legay et Benoit Cassegrain de l’association Contre-courant. Chaque épisode se décline sous un même format : une vidéo de 5 min, un article multimédia et un espace de discussion avec les protagonistes et les auteurs.

Pour en savoir plus : le site de SideWays.

http://www.bastamag.net/Acheter-des-appartements-pour-les

Le crowdfunding appliqué à l'immobilier, interview de Jean-Baptiste Vayleux, confondateur de Lymo.fr

Jean-Baptiste Vayleux est confondateur de Lymo.fr, plateforme de crowdfunding spécialisée dans l’immobilier qui a déjà levé plus de 500 000 € auprès de 140 investisseurs. Il en explique le principe, les biens proposés et ses perspectives de développement. Interview.


Vous avez créé une plateforme de crowdfunding spécialisée dans l’immobilier, quel est le principe ?
Nous sommes promoteurs de logements dans lesquels nous proposons à des particuliers d’investir collectivement selon le principe du financement participatif, le crowdfunding. Nous développons exclusivement la niche de la "micro-promotion" c’est-à-dire de petits programmes de moins de dix logements dans lesquels nous donnons aux particuliers la possibilité d’investir à partir de 1 000 € et leur garantissons une rentabilité de 10 % d’intérêts par an hors impôts. Compte tenu de l’échelle de nos projets, les fonds investis sont remboursés rapidement entre 12 et 18 mois. A ce jour et depuis notre création il y  a six mois, nous avons déjà levé plus de 500 000 € auprès de 140 investisseurs.

Quels types de biens proposez-vous ?
Etant donné que nous sommes nous mêmes promoteurs, nous sélectionnons soigneusement les biens et les emplacements en amont. Nous développons donc des programmes de faible densité et sans logements sociaux. Nos constructions ne dépassent pas le R+1, c’est la garantie de faibles charges à l’arrivée. Nous privilégions des zones en forte croissance démographique : Toulouse bien sûr, mais aussi Bordeaux, Montpellier, Aix-Marseille, Nice, Lyon, le genevois français et Paris. Dans l’agglomération toulousaine, nous ne nous éloignons pas au delà de 10km de la place du Capitole avec une préférence pour les villes recherchées de la première couronne : Balma, Tournefeuille, Blagnac, L’Union, Saint Jean.

Quel est le profil type de vos investisseurs ?
Ce sont des cadres, des professions intermédiaires et libérales âgés de 30 à 40 ans, ils vivent plutôt en région parisienne et n’ont pas forcément un gros pouvoir d’achat. C’est notre positionnement qui veut cela : avec un ticket d’entrée à 1 000 €, nous ciblons réellement le particulier.

Quelles sont vos perspectives de développement ?
D’ici la fin de l’année, nous tablons sur 700 000 € de montant levé sur la plateforme et 4 projets financés dans l’agglomération toulousaine et dans l’Hérault. Pour 2014, nous prévoyons de commercialiser 10 projets et  de doubler la collecte pour atteindre entre 1,5 et 2 M€.

source:

http://www.objectifnews.com/immobilier/crowdfunding-logements-toulouse-lymo-01102013

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :