Micro-ondes Ultrasons et laser, les armes de la police de demain

Publié le par MrStrange49

Micro-ondes Ultrasons et laser, les armes de la police de demain

Devant l'engouement pour les Taser et Flash-Ball, les fabricants développent toutes sortes d'autres armes «non létales».

Si les experts parlent d'«armes non létales» ou encore d'arsenal à «létalité réduite», les responsables de forces de l'ordre préfèrent employer la formule de «moyens de forces intermédiaires» tant le sujet est délicat.

À la recherche de l'arme qui stoppe mais ne tue pas, du juste équilibre entre l'usage de la main nue et celui du pistolet, policiers et gendarmes français explorent plus que jamais une troisième voie qui les placerait entre le débonnaire «bobby» anglais et son homologue américain surarmé.

Comme l'a révélé un rapport du Défenseur des droits, Dominique Baudis, jamais les effectifs en tenue, par ailleurs équipés de pistolets automatiques Sig Sauer, n'ont eu autant recours au Taser. En 2012, le pistolet à impulsion électrique Taser X26 a été utilisé à 970 reprises par les unités en «situation opérationnelle». Dans le même temps, ces dernières ont tiré plus de 2600 coups de Flash-Ball et de lanceur de balles de 40, dont les projectiles en caoutchouc font l'effet d'un KO «technique» quand elles touchent leur cible.

«Irréversibilité des dommages»

L'engouement pour ces armes «intermédiaires» est tel que les «sages», qui critiquent «l'irréversibilité des dommages collatéraux manifestement inévitables qu'ils occasionnent», préconisent d'en encadrer la doctrine d'emploi.

Face à la charge et convaincus de la pertinence de leur matériel, les fabricants ripostent et font mouche. Ainsi, Jean Verney-Carron, président du directoire de la société française éponyme, a rappelé que le Flash-Ball, dont il est le fabricant, est une «arme sublétale conçue pour stopper un agresseur sans mettre sa vie en danger». Et que «le nombre de blessures dues au Flash-Ball était inférieur à une dizaine sur quinze ans». Son calibre 44 mm, conçu à l'origine pour les particuliers qui voulaient se défendre des cambrioleurs, est prisé surtout par les policiers engagés dans les cités sensibles. Et elle s'exporte aussi bien à Macao qu'au Canada ou au Mexique, où les services de sécurité croient détenir la bonne martingale «antibavure».

En France, les spécialistes de l'ordre public réfléchissent déjà aux contours de la panoplie du futur. Côté police, qui rappelle ses 5600 blessés en service l'année dernière face à une «délinquance de plus en plus violente» pour légitimer l'usage de ces «armes qui ont toute leur utilité», de discrètes expérimentations ont été menées entre décembre et mars dernier dans les Yvelines, l'Essonne et le Val-de-Marne pour éprouver un prototype original de balles en caoutchouc «plus précises» dans la trajectoire à moyenne portée.

«Sans risque de séquelle»

De leur côté, les gendarmes phosphorent pour trouver, à budgets contraints, d'inédits moyens d'«entraver sans risque de séquelle l'action de l'adversaire». Explorant le «spectre des moyens de forces intermédiaires», le général Philippe Leriche, sous-directeur de l'équipement et de la logistique de la gendarmerie nationale, se dit à la recherche constante d'«armements pertinents» soumis à de draconiens critères. «Fiables et polyvalents, utilisables de jours comme de nuit, sous un soleil de plomb comme par un froid glacial, ces moyens génériques doivent avoir une durée de vie de cinq à dix ans dans les conditions parfois extrêmes du maintien de l'ordre, prévient ce spécialiste étoilé. Par ailleurs, nous cherchons du matériel à encombrement réduit pour nos effectifs déjà lestés de leur armement individuel, de leurs menottes, de leurs gilets pare-balles ou encore de leur tenue “langouste” de maintien de l'ordre…»

Planchant notamment sur la réduction de la vitesse cinétique des munitions pour les rendre moins dangereuses, sans pour autant affecter la précision des tirs, certains Géo Trouvetout venus du privé sortent de leurs cartons des armes à ultrasons capables de figer un groupe d'individus à distance. Utilisée par les forces israéliennes et testée par les gendarmes dans leur centre de Saint-Astier (Dordogne), cette méthode n'a pas été retenue faute de pouvoir atteindre une cible précise.

D'autres inventeurs, de leur côté, dégainent leurs grenades au poivre, armes à micro-ondes ou lasers aveuglants. Digne de scénarios de science-fiction, cet attirail aux allures loufoques est parfois déjà à l'essai sur le terrain à l'étranger. Faute, comme l'observe avec le sourire le général Leriche, de «pouvoir endormir ou hypnotiser nos adversaires à distance», les forces de l'ordre suivent avec attention chacune des avancées technologiques. Mais pas sûr encore que ces prototypes sortis de l'esprit fertile des ingénieurs équipent demain - voire après-demain - les brigades anticriminalité, les CRS ou les gendarmes mobiles déployés dans nos rues. Ces derniers savent toutefois une chose: l'époque de la matraque en bois est déjà reléguée à un lointain passé.

L'équipement actuel • Flash-Ball

Description Long de 33 cm pour un poids de 1,55 kilo, il tire des balles de caoutchouc souple de 44 millimètres de diamètre à une vitesse de 80 mètres par seconde.

Effet Celui d'un KO dit «technique», après un coup de poing de boxeur

Micro-ondes Ultrasons et laser, les armes de la police de demain
• Taser

Description Cette «arme à transfert d'énergie électrique» décharge 50.000 volts à un ampérage très faible pendant cinq secondes.

Effet La personne touchée est tétanisée pendant quelques secondes, comme par une violente crampe.

Micro-ondes Ultrasons et laser, les armes de la police de demain
• Lanceur de balles

Description Fabriquée par la firme suisse Brügger & Thomet, cette puissante arme de défense est précise jusqu'à 40 mètres.

Effet Projetée à environ cent mètres par seconde, le projectile en caoutchouc stoppe net la progression d'une cible à distance.

Des prototypes venus des entreprises
• Le laser aveuglant

Description Un tube projette un puissant rayon vert à une portée de 2,5 kilomètres.

Effet Utilisé par la police américaine, cet «interrupteur oculaire» aveugle le temps d'intervenir.

• Le pistolet au poivre

Description Prototype high-tech à visée laser, le Stoper tire des billes contenant de la poudre de poivre.

Effet Efficace à cinq mètres, il provoque l'irritation de la vue et de la respiration.

• Le quadri

Description Guidé par GPS et autonome, équipé d'une caméra infrarouge et d'une caméra, le robot volant Quadri peut être utilisé dans les missions de surveillance discrète.

Effet Certains chercheurs privés réfléchiraient à équiper cette soucoupe d'un canon pouvant tirer des munitions entraînant des incapacités.

• La balle à ADN

Description Le pistolet SelectaDNA High Velocity est une nouvelle arme pour marquer à distance les individus d'ADN synthétique.

Effet Les casseurs sont aspergés d'un produit qui se révèle ensuite aux UV.

• Le Taser à pompe

Description Sorte de fusil à pompe, le Xrep envoie des «projectiles électroniques à portée étendue». Le Taser classique ne tire qu'à quelques mètres.

Effet Une fois que le projectile atteint sa cible, le choc électrique est délivré et rend impossible pendant 20 secondes tout mouvement coordonné.

Des armes issues de la défense
• Une arme vomitive

Description Arme de dissuasion créée par une société écossaise, Sealase est notamment utilisée contre les pirates somaliens.

Effet Jusqu'à 1,5 kilomètre de distance, il donne la nausée et fait vomir toute personne touchée par son rayon.

• Un son qui paralyse

Description Les armes acoustiques, encore au stade expérimental, délivrent des ultrasons, au-delà de 20.000 Hz, utilisés dès les années 1970 par l'armée américaine au Vietnam.

EffetUn sifflement très aigu à une très grande intensité pénètre la boîte crânienne et interdit tout mouvement.

Micro-ondes Ultrasons et laser, les armes de la police de demain
Un canon à micro-ondes

Description Monté sur un véhicule, le VMADS est un canon à micro-ondes - 95 GHz - dont le faisceau pénètre la peau jusqu'à un millimètre de profondeur.

Effet Une vive impression de brûlure superficielle sur la peau, telle une piqûre, qui ferait lâcher son arme. Mais son spectre d'action est imprécis.

source :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/06/03/01016-20130603ARTFIG00439-ultrasons-et-laser-les-armes-de-la-police-de-demain.php

Publié dans Politique